«Ciao, loser !» : une chronique de Guillaume Meurice sur les commerçants fait grincer des dents

«Ciao, loser !» : une chronique de Guillaume Meurice sur les commerçants fait grincer des dents© Lionel Bonaventure Source: AFP
L'humoriste français Guillaume Meurice pose lors d'une séance photo à Paris le 5 avril 2017.
Suivez RT France surTelegram

Dans Siné mensuel, le chroniqueur Guillaume Meurice a publié un texte dans lequel il s'en prend à ceux qui conspuaient, selon lui, l'Etat providence, mais demandent aujourd'hui l'aide de ce même Etat au milieu de la crise sanitaire.

C'est une chronique qui n'est pas passée inaperçue. L'humoriste Guillaume Meurice a publié un court texte dans le magazine satirique Siné mensuel qui commence ainsi : «Alors ? Je rêve ou tu chouines ? Ton business est en train de couler alors tu demandes de l'aide à l'Etat. Ah bon ? Je croyais que dans la vie, il fallait se débrouiller tout seul.» 

Le chroniqueur s'en prend, sur un ton caustique, aux commerçants qui ont voté «Macron ou Fillon» au premier tour en 2017 en les tutoyant : «T'as voté Fillon ou Macron contre l'Etat providence que tu conchiais». Il reproche à ces électeurs de demander aujourd'hui l'aide de l'Etat face à la crise sanitaire. «Ciao, loser !», conclut-il à la fin du texte. 

Dans la situation actuelle où le désarroi des petits commerçants lié aux restrictions qui leurs sont imposées suscite une vive émotion dans le pays, cette chronique n'a pas manqué de faire grincer des dents. De nombreux internautes ont ainsi conspué la «haine gratuite» du chroniqueur et son manque d'empathie.

«Dans mon quartier, à Nation, on commence à compter les suicides chez les commerçants et les restaurateurs. Meanwhile sur le service public...», a twitté l'entrepreneur, enseignant et spécialiste des réseaux sociaux Fabrice Epelboin. 

«C'est juste dégueulasse», lui a pour sa part rétorqué le journaliste Brice Couturier. «Ça existe, la "haine gratuite "? Oui. Et c'est laid», a renchéri la journaliste du Point Géraldine Woessner.

«C’est une curieuse disposition personnelle, celle qui consiste à souhaiter le malheur de ceux dont on ne partage pas les idées. Plus curieux encore : éprouver le besoin de le faire savoir», a réagi Gilles Clavreul, délégué général du think tank l'Aurore, en commentaire, sous le poste de Guillaume Meurice.

«Sauf que c'est à cause de l'Etat que l'entreprise de cet entrepreneur à qui vous parlez est en train de mourir. Votre logique est donc totalement fausse. L'entrepreneur meurt JUSTEMENT de l'intervention de l'Etat qui force à fermer pour motifs sanitaires !», a rétorqué pour sa part Pierre Gentillet, avocat et président du Cercle Pouchkine.

Plus offensive a été la réaction de Serge Federbusch, essayiste et candidat libéral (soutenu par le RN) à la mairie de Paris en 2020 : «Quand tirerons-nous la chasse pour évacuer ces parasites ?», a-t-il écrit, entre autres, sur son compte Twitter.

«En lisant ce crachat au visage des entrepreneurs en difficulté, je comprends mieux pourquoi vous avez une chronique sur France Inter, média public qui ne connaît jamais la crise grâce à l'argent du contribuable... et de ces mêmes entrepreneurs», a aussi commenté Aurélien Véron, conseiller de Paris.

Après quatre nouvelles semaines de fermeture lors du second confinement, le gouvernement a autorisé la réouverture des commerces non essentiels à compter du 28 novembre, mais la fermeture des restaurants reste de vigueur au moins jusqu'au 20 janvier, comme l'a expliqué Emmanuel Macron dans ses annonces du 24 novembre concernant l'assouplissement des mesures liées à l'épidémie de Covid-19. De nombreuses mobilisations de restaurateurs et de cafetiers se font entendre à travers le pays depuis des semaines.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix