Sécurité globale: Hollande en appelle à l'«honneur» de Macron et de l'exécutif pour retirer le texte

Sécurité globale: Hollande en appelle à l'«honneur» de Macron et de l'exécutif pour retirer le texte© Ludovic Marin Source: Reuters
Emmanuel Macron et François Hollande lors d'une cérémonie d'hommage à Maurice Genevoix, le 11 novembre 2020 à Paris (image d'illustration).

«S’il y a de l’honneur, il doit se trouver dans le retrait du texte», a déclaré l'ancien président de la République, interrogé sur la loi de sécurité globale. Il a rappelé qu'il avait lui-même renoncé à étendre la déchéance de nationalité en 2016.

Dans une interview vidéo accordée au journal La Montagne, publiée sur Twitter le 28 novembre 2020, l’ancien président de la République François Hollande a commenté la mobilisation autour de la loi Sécurité globale. Il a estimé que «s’il y a de l’honneur, il doit se trouver dans le retrait du texte et pas dans son maintien», car «il y a plus d’honneur à retirer un texte quand il heurte les consciences et divise la société qu’à le maintenir». L'ancien maire de Tulle pointe ainsi le risque «de créer de l’incompréhension et de la violence».

François Hollande rappelle à cet égard avoir «aussi été confronté à ce type de décision, notamment avec la déchéance de nationalité». Trois jours après les attentats du 13 novembre 2015, il avait en effet souhaité modifier la Constitution pour y inscrire le régime de l'état d'urgence et l'extension de la déchéance de la nationalité à tous les binationaux condamnés pour terrorisme, même ceux nés en France.

Hollande juge le débat sur la loi «mal engagé» et sa traduction législative «aussi inappropriée qu'inopportune»

Cette dernière mesure avait suscité des débats enflammés et la démission de la ministre de la Justice de l'époque, Christiane Taubira.

«Quand cette question, qui pouvait apparaître comme une des réponses à la crise terroriste, a divisé, j'ai préféré retirer le texte», a souligné l'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste, qui avait en effet renoncé à cette mesure le 30 mars 2016. «Quand un producteur de musique se fait ainsi molester, quand sur une place – et pas n’importe laquelle, la place de la République – il y a des heurts avec des violences, il faut qu’il y ait des comportements qui changent», a encore fait savoir François Hollande, faisant référence au producteur de musique Michel Zecler, violemment interpellé par la police le 21 novembre dans son studio d'enregistrement.

«Il faut que les citoyens puissent savoir que lorsqu’il y a des comportements indignes de la part de certains policiers, eh bien il y a des sanctions et il y a des procédures judiciaires. En revanche, quand des policiers sont eux-mêmes attaqués […] il y a la nécessité d'assurer leur soutien», a-t-il ajouté.

Le prédécesseur d’Emmanuel Macron juge le débat sur la loi «mal engagé» et sa traduction législative «aussi inappropriée qu'inopportune». La controverse concerne principalement l’article 24 de la loi Sécurité globale qui instaure la pénalisation de la diffusion «malveillante» d’images des forces de l’ordre. Le 28 novembre, des manifestations contre la loi – émaillées de nombreuses violences contre les forces de l'ordre à Paris – ont réuni 500 000 personnes selon les organisateurs, 133 000 selon le ministère de l’Intérieur.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»