Martin Méchin, avocat : «On espère que le Conseil constitutionnel censurera l'article 24»

Pour l'avocat Martin Méchin, l'ajout à la loi de la mention «but manifeste de porter atteinte» est problématique car elle ne résout pas la question de la caractérisation. Selon lui, ce sont les policiers qui décideront in fine s’il y a délit ou non.

Jean Castex a annoncé le 24 novembre qu’il saisirait lui-même le Conseil constitutionnel sur l’article 24 de la loi Sécurité globale. Martin Méchin, avocat pénaliste et membre de «Black Robe Brigade», espère que l'institution «fera respecter les principes fondamentaux».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»