«Nous sommes tous essentiels» : plus de 500 commerçants manifestent à Bayonne

- Avec AFP

«Nous sommes tous essentiels» : plus de 500 commerçants manifestent à Bayonne© Gaizka Iroz Source: Reuters
images
Manifestation devant la sous-préfecture pour exiger la réouverture de petites entreprises «non essentielles», à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), le 4 novembre 2020, fermées en raison du confinement visant à contenir la propagation du Covid-19.
Suivez RT France surTelegram

S'estimant aussi essentiels que les autres, plusieurs centaines de commerçants ont exprimé leur contestation, ce 4 novembre à Bayonne, pour protester contre leur fermeture durant ce confinement et à l'approche de Noël.

Plus de 500 commerçants ont manifesté ce 4 novembre devant la sous-préfecture de Bayonne pour demander au gouvernement de «revoir sa copie» concernant les fermetures des commerces dits non essentiels pendant le confinement, a constaté une journaliste de l'AFP. Mécontents d'être qualifiés de «non essentiel», les commerçants de différentes villes du Pays Basque, comme Bayonne, Biarritz ou Saint-Jean-de-Luz veulent rouvrir «le plus vite possible». «On ne veut pas que le Covid nous tue d'une autre façon», a déclaré Catherine Gueguen, gérante d'une enseigne de produits cosmétiques à Anglet (Pyrénées-Atlantiques).

Tous ont en ligne de mire la période de Noël. «Nos stocks sont prêts, on a tout rentré avant le confinement, on va déposer le bilan si on ne nous laisse pas travailler», selon la commerçante. «On nous parle de numérisation, mais c'est pour demain. Nous, on meurt aujourd'hui», a lancé Georges Strullu, patron de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CGPME) qui, comme l'ensemble des manifestants, vise les plateformes de vente en ligne. 

Pour ceux et celles qui ont pu le mettre en place, le «click and collect» ne résoudra pas tout. «C'est du saupoudrage, ça nous sauvera 10% au mieux», regrette Catherine Gueguen.

«Aucune leçon» n'a été tirée du premier confinement, regrette le représentant des commerçants biarrots

«On ne demande pas d'aide pour Internet, on n'arrivera jamais à ce que font les gros groupes, on veut juste travailler», a renchéri Peio Guelot, gérant d'une boutique d'électroménager, dans l'intérieur des terres. «Nos boutiques, c'est ce qui fait la diversité et le maillage territorial !», a-t-il ajouté. 

Beaucoup de manifestants se considèrent «sacrifiés», et dans l'incertitude face à ce qui viendra après. «Dans quelles conditions va-t-on être déconfinés ? Comment pourra-t-on reprendre ? Que se passera-t-il en cas de troisième ou de quatrième confinement ?», s'est interrogé Serge Istèque, représentant des commerçants biarrots qui regrette «qu'aucune leçon n'ait été tirée du premier confinement».

Avec ce nouveau confinement, les restaurants, bars et commerces jugés «non essentiels» doivent garder le rideau baissé. Durement touchés au printemps, de nombreux commerçants sont entrés avec appréhension dans cette nouvelle mise sous cloche malgré un assouplissement qui leur permet de rester ouverts pour le retrait de commandes en magasin. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»