France : un prêtre orthodoxe blessé par balle à Lyon

France : un prêtre orthodoxe blessé par balle à Lyon© Capture d'écran de Google street view
Eglise Orthodoxe Grecque, rue Père Chevrier à Lyon photographiée en 2019.

Un prêtre orthodoxe grec s'est fait tirer dessus à deux reprises au fusil à canon scié ce 31 octobre vers 16h à Lyon, alors qu'il fermait son église. L'auteur des faits serait toujours en fuite.

Un prêtre orthodoxe a été blessé par balle à Lyon, dans l'après-midi du 31 octobre, selon des informations rapportées par une source policière à l'AFP. La même source a indiqué que l'auteur de ces faits serait en fuite.

Le prêtre était «en train de fermer son église» au moment de l'attaque, selon l'AFP, qui a précisé qu'il se trouvait dans un état grave.

Selon Le Progrès, le prêtre «de nationalité grecque» âgé de 52 ans s'est fait tirer dessus «au fusil à canon scié» et était conscient au moment de sa prise en charge par les secours. «Cet homme a indiqué qu’il ne connaissait pas la personne qui l’a agressé», rapporte le quotidien régional.

«Notre détermination ne faiblira pas», déclare Jean Castex

«La personne blessée par balles est bien le prêtre orthodoxe (confirmation source police), touché de deux tirs dans une église orthodoxe de la rue. Des militaires arrivent sur place», a tweeté le journaliste de Lyon Mag Julian Damboise, sur place.

Ces faits surviennent trois jours après l'attaque de la basilique Notre Dame de l'Assomption de Nice, où trois personnes ont été tuées par un assaillant islamiste armé d'un couteau. Le gouvernement a laissé une dérogation jusqu'au 2 novembre inclus aux lieux de culte pour célébrer la Toussaint, avant un reconfinement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

«Le ministre de l'Intérieur va activer la cellule de crise et je vais me rendre immédiatement à Paris pour faire un point précis de la situation [...] Vous devez compter sur l'entière détermination du gouvernement pour permettre à chacun de pratiquer son culte en toute sécurité et en toute liberté, notre détermination ne faiblira pas», a déclaré le Premier ministre Jean Castex.

Le chef de l'Eglise de Grèce, Monseigneur Iéronymos, a dénoncé dans la soirée l'attaque, la qualifiant d'«horreur qui dépasse la logique humaine».

«Cette horreur dépasse la logique humaine, qu'une religion puisse armer les mains des terroristes aveuglés par la haine», a-t-il réagi auprès de l'Agence de presse grecque Ana.

Après l'attentat de Nice, Emmanuel Macron a annoncé le passage de 3 000 à 7 000 soldats pour l'opération Sentinelle afin de protéger les lieux de culte et les écoles. A cela viennent s'ajouter quelque 7 000 membres des forces de l'ordre, dont pour moitié des gendarmes réservistes, qui seront mis dès le 2 novembre à disposition des préfets pour assurer la sécurité.

Un homme interpellé puis relâché

Dans la soirée du 31 octobre, le procureur de la République de Lyon Nicolas Jacquet a indiqué qu'«une personne pouvant correspondre au signalement donné par les premiers témoins a[vait] été placée en garde à vue», précisant que le suspect n'était pas porteur d'une arme au moment de son interpellation. «Les vérifications se poursuivent sur son éventuelle implication», a-t-il ajouté dans un court communiqué.

Le lendemain, dans la journée du 1er novembre, la garde à vue de cet homme a été levée : «En l'état des investigations conduites par les enquêteurs, aucun élément ne permet [...] de l'impliquer dans la commission des faits», a expliqué le parquet, ajoutant par ailleurs que l'état de santé de cet homme n'était pas compatible avec une garde à vue.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»