Enquête ouverte après un appel à «agresser chaque Chinois» circulant sur les réseaux sociaux

Enquête ouverte après un appel à «agresser chaque Chinois» circulant sur les réseaux sociaux© Charles PLATIAU Source: Reuters
Sun Lay Tan, habitant d'Ile-de-France devenu icône de la lutte contre le racisme anti-Asiatiques lors d'une interview donnée à Reuters, le 31 janvier 2020 (image d'illustration)

L'Association des jeunes Chinois de France s'est inquiétée d'un «appel à agresser chaque Chinois» dans les départements de la région parisienne. Le parquet de Paris a fait savoir qu'une enquête avait été ouverte.

Le 28 octobre, l'Association des jeunes Chinois de France (AJCF) a mis en garde dans un communiqué publié sur Facebook contre un «appel à agresser chaque Chinois» dans les départements du 91, 92, 93 et 94, 95 relayé dans la soirée sur les réseaux sociaux. L'AJCF appelle les membres de la communauté asiatique à «prendre des précautions maximales» et à porter ou signaler les messages à une association du collectif.

Ces messages très violents publiés sur Twitter appellent par exemple à chasser les «jaunes mangeurs de chiens», à «dévierger les Chinoises», ou en appellent à «tous les renois et les rebeus de France à agresser chaque Chinois qu'ils croiseront dans la rue».

L'association SOS Racisme a rappelé que ce n'est «pas la première fois» qu'elle doit «agir face à une logique de bouc émissaire antiasiatique». Lors de l'apparition de la pandémie de Covid-19, elle avait en effet lancé la campagne #JeNeSuisPasUnVirus pour «contrer la malveillance associant toute personne asiatique au coronavirus».

Auprès du Figaro, le parquet de Paris a fait savoir qu'une enquête du «chef de provocation publique à commettre une atteinte à l'intégrité physique d'une personne à caractère raciste» avait été ouverte. La Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) est chargée des investigations.

En réaction, ne pas laisser régner l'impunité  

Le député du XIIIe arrondissement de Paris Buon Tan en a appelé à la responsabilité des plateformes comme Twitter «qui doivent faire respecter la loi de toute urgence».

Une logique à laquelle s'est associée la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) qui annonce avoir saisi la justice pour que «cessent ces appels à la haine», et appelle Twitter à fermer les comptes fautifs «de toute urgence». La LICRA met en garde : «S’il y a des morts ou des blessés, chacun devra assumer son inaction ou sa complicité !»

SOS Racisme appelle à signaler chaque propos raciste antiasiatique sur la plateforme Pharos, une plateforme gouvernementale permettant de signaler en ligne des contenus et comportements illicites sur Internet.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»