Remdesivir, chloroquine : Raoult dénonce le «2 poids 2 mesures» de l'Agence française du médicament

Remdesivir, chloroquine : Raoult dénonce le «2 poids 2 mesures» de l'Agence française du médicament© Gerard Julien Source: AFP
Le professeur français Didier Raoult, le 26 février 2020 (image d'illustration).

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a émis un avis défavorable à la recommandation temporaire d'utilisation de l'hydroxychloroquine en France qui lui avait été transmise par Didier Raoult. Celui-ci a réagi.

«Dominique Martin, directeur de l'ANSM, refuse toute RTU [Recommandation temporaire d’utilisation] pour l'hydroxychloroquine, mais autorise l'envoi de mails promotionnels par Gilead pour le Remdesivir et en organise la distribution gratuite. Deux poids deux mesures», s'est indigné Didier Raoult, le 23 octobre 2020, en réaction au refus de l'établissement public d’autoriser largement en France le traitement préconisé par le professeur marseillais depuis l'arrivée de l'épidémie sur le territoire national.

«A ce jour, les données disponibles, très hétérogènes et inégales, ne permettent pas de présager d’un bénéfice de l’hydroxychloroquine, seule ou en association, pour le traitement ou la prévention de la maladie Covid-19», avait en effet fait savoir l'ANSM plus tôt dans la journée. L'établissement a expliqué avoir émis un avis défavorable concernant la recommandation temporaire d’utilisation du médicament en question (commercialisé en France par le laboratoire Sanofi sous le nom de Plaquenil) après s'être appuyé sur «les nombreuses études récentes publiées sur l’efficacité et la sécurité de l’hydroxychloroquine», ainsi que sur «les dernières recommandations du Haut Conseil de santé publique du 23 juillet 2020».

Enfin, l'agence du médicament a assuré qu'elle serait en mesure de revenir sur sa décision «si de nouveaux résultats d’études cliniques venaient modifier le constat fait à ce jour».

Le 16 octobre dernier, les résultats provisoires de l’essai «Solidarité thérapeutique» coordonné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avaient montré également que le Remdesivir semblait n’avoir que «peu ou pas d’effet sur les patients hospitalisés pour le Covid-19 si l’on en croit les taux de mortalité, de début de la ventilation ou de durée de l’hospitalisation». 

L'épisode n'a pas manqué de faire réagir le président du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, qui a estimé (dans un tweet rapidement partagé par Didier Raoult) qu'en prenant une telle décision, l'ANSM allait «à l’encontre des principes fondamentaux de la médecine». «Laissez le professeur Didier Raoult et les médecins de l’IHU de Marseille soigner !», a-t-il écrit, mettant en avant une lettre qu'il a rédigée le jour même à l'attention du ministre de la Santé, Olivier Véran. Il y qualifie notamment la décision de l'ANSM de «révoltante» et demande au ministre de s'y opposer.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»