La Cour des Comptes demande que l'intégralité des dons serve à la reconstruction de Notre-Dame

- Avec AFP

La Cour des Comptes demande que l'intégralité des dons serve à la reconstruction de Notre-Dame© Philippe Wojazer Source: Reuters
La cathédrale Notre-Dame de Paris en feu, dans la nuit du 15 au 16 avril 2019.

La Cour des Comptes a réclamé, ce mercredi 30 septembre, que les dons pour la reconstruction de Notre-Dame aillent intégralement au chantier. La Cour a également demandé une enquête administrative sur les dysfonctionnements avant l'incendie.

Après la publication d'un rapport sur le chantier de Notre-Dame, le président de la Cour des comptes Pierre Moscovici a, le 30 septembre, exhorté le ministère de la Culture à attribuer l'intégralité des 825 millions d'euros de dons et promesses de dons aux travaux de restauration après l'incendie qui a ravagé l'édifice en avril 2019.

La loi de juillet 2019, a-t-il rappelé, précise que les dons sont uniquement destinés à cette restauration de la cathédrale. Or, une petite partie – de l'ordre de 5 millions d'euros – est utilisée pour divers frais de fonctionnement de l’Etablissement public en charge du chantier, tels que la communication. 

«Nous recommandons que soit apportée à l'établissement public une subvention annuelle» à hauteur de ce montant, a dit Pierre Moscovici. Il s'agit de corriger «une anomalie de gestion. Ce n'est pas une somme considérable et elle est facile à dégager». 

Une bonne gestion nécessaire en cette période où «la crise du Covid pourrait fragiliser» certains donateurs qui pourraient se rétracter, a fait valoir le président de la Cour. Sur les 825 millions d'euros de dons promis, 640 sont encore au stade des promesses.  

Une enquête pour y voir plus clair 

Pierre Moscovici a aussi réclamé une enquête administrative «maintenant», afin de démêler les «responsabilités enchevêtrées» entre l'Etat, le Centre des monuments nationaux et l'évêché sur la cathédrale, qui ont pu contribuer à ce que le bâtiment n'ait pas été mieux sécurisé.

«L'éclatement [des responsabilités] qui tient au double statut de Notre-Dame [monument public et église] a pu contribuer à la mauvaise anticipation», a-t-il estimé.

Les sages de la rue Cambon ne comprennent pas «que le ministère de la Culture n'ait pas engagé une enquête administrative» pour étudier les raisons des dysfonctionnements ayant eu lieu lors des années précédent l'incendie du 15 avril 2019 : «insuffisante vigilance» et «défaillance» éventuelle dans l'entretien de l'édifice, qui faisait alors déjà l'objet d'une restauration de sa flèche. 

«Des procédures et des marchés n'étaient pas très clairs, avec des moyens assez faibles», a expliqué l'ancien ministre sur France Inter, et «vous découvrez que les travaux de restauration sont confiés aux mêmes entreprises après et avant l’incendie».

L'enjeu est pour l'avenir, afin d’«éviter que ça se reproduise» dans les 96 autres cathédrales dont l’Etat est propriétaire. «Nous avons donc besoin d'une clarification, d'une mise à plat, sans attendre la réouverture» de l'édifice en 2024, a-t-il ajouté. 

Selon de premiers résultats, révélés durant l'été 2019, de l'enquête judiciaire encore en cours pour déterminer les causes de l'incendie, celui-ci ne serait vraisemblablement pas d'origine criminelle mais accidentelle ; probablement dû à un court-circuit ou à un mégot laissé sur le chantier.

Mais un mauvais entretien des installations électriques et une série de dysfonctionnements le soir du sinistre ont certainement contribué à rendre l'incendie plus grave que ce qu’il aurait dû être.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»