Un député argentin suspendu pour avoir embrassé le sein de sa femme en visioconférence

- Avec AFP

Un député argentin suspendu pour avoir embrassé le sein de sa femme en visioconférence© Juan Mabromata Source: AFP
Le parlement argentin en visioconférence le 13 mai dans le cadre des dispositions contre le Covid-19. (Image d'illustration)

Le député argentin Juan Emilio Ameri a été suspendu pour avoir embrassé le sein de sa conjointe, qui se trouvait à ses côtés, lors d'une session parlementaire en visioconférence. Le député a expliqué qu'il ne pensait pas être connecté à ce moment.

Un député argentin a été suspendu le 24 septembre pour avoir, lors d'une session parlementaire en visioconférence, embrassé le sein de sa conjointe présente à ses côtés, la vidéo de la scène connaissant depuis un fort succès sur les réseaux sociaux.

Sur l'écran géant installé au Parlement, lors de ces séances où une partie seulement des députés sont présents physiquement et alors que l'un d'entre eux avait pris la parole, une femme apparaît sur la vignette d'écran au côté de Juan Emilio Ameri, qui l'enserre de son bras. Le député de la province de Salta (nord-est) a alors sorti un sein du t-shirt noir que portait la jeune femme et s'est mis à l'embrasser. La session parlementaire a d'abord été interrompue, puis suspendue, par le président du Parlement, Sergio Massa.

«Tout au long de ces mois en télétravail nous avons vécu différentes situations où un député s'est endormi ou un autre s'est caché, mais aujourd'hui nous avons vécu une situation qui dépasse les règles de bienséance de cette maison», a lancé le président du Parlement.

Une «connexion très mauvaise»

Confus, le député a tenté de s'excuser, expliquant qu'il pensait ne pas être connecté à ce moment-là. «Ici, dans tout l'intérieur du pays, la connexion est très mauvaise. Ma conjointe est sortie des toilettes, je lui ai demandé comment étaient ses prothèses et je l'ai embrassée, car il y a dix jours elle a été opérée pour des prothèses mammaires», s'est défendu le député de 47 ans qui devrait connaître dans un délai de cinq jours la sanction infligée par le Parlement.

Je l'ai embrassée sur le sein, il ne s'est rien passé

Interviewé sur la chaîne d'information argentine Todo noticias, qui fait ses gros titres de l'affaire, le député, membre de la coalition gouvernementale Frente de Todos du président de centre-gauche Alberto Fernandez, a répété ses «regrets» et sa «grande honte», mais indiqué qu'il ne démissionnerait pas.

«Je vais attendre que mes pairs décident en commission et je verrai ensuite», a-t-il dit, se défendant à nouveau d'un «regrettable accident» dû «à une mauvaise connexion» internet.

«Le signal est revenu et s'est reconnecté automatiquement comme il le fait habituellement», s'est-il désolé. «Je l'ai embrassée sur le sein, il ne s'est rien passé», a-t-il estimé. «Cela n'aurait pas dû arriver et ça m'est arrivé», a-t-il encore regretté.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»