«Regarde la gu*** de ce co*****» : Bigard insulte Véran après la fermeture des bars et restaurants

«Regarde la gu*** de ce co*****» : Bigard insulte Véran après la fermeture des bars et restaurants© Capture d'écran/Twitter/JM_Bigard
Jean-Marie Bigard s'adresse à Olivier Véran dans une vidéo mise en ligne sur Twitter.

L’annonce de la fermeture des bars et des restaurants dans les Bouches-du-Rhône pour freiner les contaminations au Covid-19 a fait réagir l'humoriste Jean-Marie Bigard qui s’est adressé au ministre de la Santé, Olivier Véran, de façon virulente.

«Comment on peut accepter un truc pareil ?» Dans une vidéo publiée sur Twitter le 25 septembre, Jean-Marie Bigard tance Olivier Véran, condamnant fermement la décision gouvernementale de fermer les bars et restaurants marseillais en raison d'une recrudescence des cas de Covid-19. Dans la capitale, ceux-ci devront baisser le rideau à 22 heures. «Regarde la gueule de ce connard […] Il décide d’un tour de vis supplémentaire […], à Marseille évidemment. Ça c'est pour décrédibiliser Didier Raoult qui est un héros pur», s'insurge-t-il. Au-dessus de sa vidéo, il est écrit : «Les trains circulent, les avions sont pleins, mais les bars et les restos vont mettre la clé sous la porte.»

Tu me fais penser au flic qui a l'avant-bras sur la gorge de George Floyd 

L’humoriste poursuit sa réprimande en affirmant que «les gens sont plus en sécurité dans leurs restaurants tranquilles, installés, que d'être dehors, à boire des bières torse nu sur les quais de la Seine».

L'humoriste ne s’arrête pas là et compare Olivier Véran aux policiers qui ont procédé à l'arrestation de George Floyd, à l'origine de son décès. «Tu me fais penser au flic qui a l'avant-bras sur la gorge de George Floyd, tu vois ? La France est en train de te dire, "on étouffe, on étouffe, on va mourir", et toi, tu continues jusqu'à ce qu'on meure.» L'argument est utilisé pour appeler «à la désobéissance à cet ordre de ce connard».

Sur la vidéo, il affirme également son «soutien total au chef Etchebest qui en a plein le cul aussi». «Olivier véreux de mes couilles», ajoute-t-il au cours de sa diatribe dirigée contre le ministre de la Santé.

Jean-Marie Bigard se montre peu inquiet des répercussions que pourraient avoir ses propos. «Insulte publique, c'est pas grave, c'est 500 euros. Je peux dire autant de fois "enculé" que je veux, c'est toujours 500 euros», s'amuse-t-il.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»