Trafic à Grenoble : Darmanin tweete sur une maigre opération de police, le maire EELV réplique

Trafic à Grenoble : Darmanin tweete sur une maigre opération de police, le maire EELV réplique© PHILIPPE DESMAZES Source: AFP
Eric Piolle photographié le 6 mai 2020 sur un vélo à Grenoble pour promouvoir l'utilisation de ce mode de transport dans la ville (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Enquête judiciaire, opération de police avec le préfet in situ et communications du ministre sur Twitter concernant l'affaire du trafic de drogue à Grenoble : c'en est trop pour le maire EELV de la ville qui dénonce une opération de communication.

Polémique à Grenoble : après que Gérald Darmanin a multiplié les déclarations à propos des récentes images de trafic diffusées sur internet dans la cité Mistral réputée sensible et demandé une opération de police, le maire de la ville, Eric Piolle a dénoncé une «opération de communication» du gouvernement au micro de BFMTV.

Partageant le 26 août sur Twitter une prise de parole du préfet de l'Isère sur BFMTV, interrogé dans le fameux quartier où des supposés trafiquants de drogue avaient été filmés, armes prétendument réelles ou factices à la main, le 24 août dernier, le ministre de l'Intérieur a déclaré : «L’Etat ne connaît pas de zone de non droit. 160 interpellations dans le quartier depuis le début de l’année. Des opérations quotidiennes dans les parties communes.»

Deux heures plus tôt, sur ce même réseau social, Gérald Darmanin avait d'abord annoncé : «Sur mon instruction directe, une opération de police est en cours dans le Mistral, à Grenoble. Merci aux effectifs mobilisés pour imposer l'ordre républicain, le seul qui protège. Aucun doute ne doit subsister : l’Etat s’imposera face à l’ensauvagement d’une minorité de la société.»

Opération de police : 50 contrôles, aucune interpellation

Selon les propos de la préfecture rapportés par l'AFP, le bilan de l'opération de police lancée le soir du 26 août, après les remous de la vidéo diffusée le 24 août, s'est seulement soldé par une cinquantaine de contrôle pour détention de stupéfiants, mais aucune interpellation, ni saisie de drogue, seulement celle de deux scooters, selon France Bleu. Cette même source précise : «Au cours de la visite, les jeunes du quartier affirment au préfet de l'Isère que les armes utilisées étaient factices pour le besoin du tournage d'un clip de rap.»

C’est intéressant que l’Etat dise qu'il est présent, mais c'est dans le quotidien que ça se forge

Cet étalage de communication de la part du préfet et du ministre n'ont pas été du goût du maire de Grenoble, Eric Piolle, (Europe Ecologie-Les Verts), qui a déploré pour sa part sur BFMTV : «Rentrer dans cette logique de guerre de provocations avec les dealers, c'est malsain», estimant que les «dealers», supposés cherchaient avant tout à «faire du marketing» et de la «provocation».

«Je regrette fortement que le ministre s'engage dans cette logique où on pointe du doigt un quartier de telle ou telle ville», a-t-il dénoncé, avant d'assurer que le quartier Mistral n'était pas une zone de non-droit et de souligner : «Nous avons cette opération de communication, une demi-heure, pas d'arrestation : c'est vraiment de la com' ! [...] C’est intéressant que l’Etat dise qu'il est présent, mais pas sous cette forme : c'est dans le quotidien que ça se forge.»

Le préfet de l'Isère Lionel Beffre a d'ailleurs «assumé cette opération de communication» auprès de l'AFP, confirmant, selon l'agence de presse, qu'il s'agissait d'une réponse à une autre opération de communication des dealers : «Qu'aurait-on dit si l'Etat n'avait pas montré qu'il n'appartient lui-même pas à quelques-uns ? On aurait parlé d'inaction de l'Etat. Il s'agissait hier de réaffirmer sa place.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix