Une enquête qui aurait pu exposer politiquement Castex levée lors de son arrivée au gouvernement ?

Une enquête qui aurait pu exposer politiquement Castex levée lors de son arrivée au gouvernement ?© Christophe Archambault Source: AFP
Le Premier ministre Jean Castex, à Matignon, le 24 août 2020, à Paris (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Une enquête judiciaire ouverte par le parquet de Perpignan, qui aurait pu s'avérer délicate pour le Premier ministre, a été arrêtée à la suite de son arrivée à Matigon, ainsi que le rapporte une investigation de Médiapart. Hasard du calendrier ?

Comme l'a révélé Médiapart le 24 août, l'actuel chef du gouvernement Jean Castex aurait bénéficié, trois jours après son arrivée à Matignon, de l'arrêt d'investigations judiciaires portant sur la gestion de déchets dans la communauté de communes Conflent-Canigó (Pyrénées-Orientales) qu'il présidait jusqu'à sa nomination au poste de Premier ministre.

L’abandon des investigations a été brutal et inexpliqué

Alors qu'ils ont initié leurs investigations en 2019, les enquêteurs soupçonnaient «plusieurs infractions au code de l’environnement [pollution] et au code du travail [travail illégal]» dans l’exploitation de bennes à ordures par des ferrailleurs dans des déchetteries de cette communauté de communes (CDC). 

«Après l’audition, au mois de juin, d’un fonctionnaire en charge de la gestion des déchetteries de la CDC, les investigations devaient se prolonger pour évaluer la responsabilité des pouvoirs publics dans le déploiement des bennes, a précisé une source proche du dossier. Ce qui aurait inévitablement exposé, au moins politiquement, Jean Castex», relève Médiapart.

Un membre de la famille de Jean Castex évite une audition

«La prochaine audition devait concerner un des vice-présidents de Jean Castex qui est aussi un membre de sa famille [un oncle par alliance]», explique encore le média d'investigation qui rapporte ainsi les propos d'une source proche du dossier : «L’abandon des investigations a été brutal et inexpliqué.»

De son côté, le vice-procureur qui a piloté les investigations, également cité par Médiapart, affirme qu'il s’agit d’un pur hasard de calendrier, expliquant que l’enquête touchait à sa fin et que le dossier a été transmis à son procureur «pour appréciation».

Cité par le site d'information, Matignon a affirmé que «bien entendu, Jean Castex atteste n’être jamais intervenu dans cette enquête qui ne met pas [en cause], ni de près ni de loin, sa responsabilité».

Toujours selon Médiapart, le second volet de l’enquête, centré sur l’exploitation d’une casse à Prades, est lui «en cours d’analyse depuis l’arrêt des investigations» : «Le parquet peut décider de classer l’enquête, de renvoyer le dossier devant le tribunal correctionnel, ou de poursuivre les investigations en nommant un juge d’instruction.»

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix