«Tapage, folie» : repris par Véran, BHL reste critique de la gestion française de la crise sanitaire

«Tapage, folie» : repris par Véran, BHL reste critique de la gestion française de la crise sanitaire© AFP, Reuters
Olivier Véran à gauche, Bernard-Henri Lévy à droite (photomontage d'illustration).

Repris par Olivier Véran après une publication dans laquelle il dénonçait l'existence d'un «forfait moral et politique» face au Covid-19, Bernard-Henri Lévy a maintenu sa position dans une nouvelle publication adressée au ministre de la Santé.

«Tapage», «traçage», «chiffres qui tournent en boucle», «spéculations insensées sur la contagiosité des enfants», «suspicion généralisée» ou encore «folie» : le philosophe français Bernard-Henri Lévy a choisi de répondre, le 24 août sur Twitter, au ministre de la Santé Olivier Véran qui s'était permis de contester sa vision de la gestion de la crise sanitaire.

«Ce qui est "nouveau dans l’histoire des maladies infectieuses", c’est ce tapage, ce traçage, ces chiffres qui tournent en boucle, ces spéculations insensées sur la contagiosité des enfants, cette suspicion généralisée – en 1 mot, cette folie», a-t-il fait valoir sur la plateforme de microblogging, en réponse à Olivier Véran.

«Être contaminé par un virus sans le percevoir (incubation, forme pré ou sans symptômes) n'a rien de nouveau dans l'histoire des maladies infectieuses. Ça ne rend ni dangereux ni coupable, mais contagieux. Se faire tester et protéger les autres, c'est et ça restera le bon réflexe», avait en effet écrit dans la matinée le ministre de la Santé, en réaction à un état des lieux très critique de la situation française face au Covid-19, publié le même jour par l'auteur de La guerre sans l'aimer.

Celui-ci avait alors qualifié d'«absurdité médicale» le fait de mettre en avant l'existence de malades asymptomatiques dans le contexte de la pandémie du Covid-19. «Molière a inventé le malade imaginaire. Voici venu le temps du malade sans le savoir, c’est à dire asymptomatique et d’autant plus dangereux, voire coupable, qu’il est malade sans l’être», avait expliqué le philosophe, avant de dénoncer «un forfait moral et politique» ou encore un «crime contre l’esprit».

Ce n'est pas la première fois que «BHL» participe au débat public sur le Covid-19. Il a souvent affirmé être choqué par ce qu'il considère être une ampleur surestimée donnée à la pandémie. Comme le relèvent nos confrères du Figaro, le 21 août BHL «s'était déjà improvisé épidémiologiste», estimant qu'il ne «p[ouvait] pas y avoir de deuxième vague semblable à la première», notamment en raison de «l'immunité grandissante» des Français, ainsi que des tests et des masques désormais disponibles en quantité. Et l'écrivain d'agrémenter sa publication des hashtags «#StopPANIQUE!» ou encore «#CeVirusQuiRendFou».

4 897 cas ont été dépistés en France dans le week-end du 22 au 23 août, selon les chiffres publiés par Santé Publique France.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»