Une jeune femme témoigne de sa violente agression alors qu'elle promenait son chien à Nîmes

Une jeune femme témoigne de sa violente agression alors qu'elle promenait son chien à Nîmes© Instagram iam_myaab
Vidéo
Capture d'écran du compte Instagram de Mya, 19 ans, @iam_myaab.

Mya, 19 ans, explique dans une vidéo publiée sur Instagram avoir été victime d'un déchaînement de violence. Selon son récit, elle promenait son chien au milieu de la nuit à Nîmes, lorsqu'elle s'est fait insulter puis agresser par trois individus.

«Il ne faut pas avoir honte, ce n’est pas à nous d’avoir honte c’est à nos agresseurs, à nos violeurs, à nos assassins, c’est à eux d’avoir honte.» Une jeune fille de 19 ans, qui rapporte avoir été violemment agressée par trois hommes à Nîmes (Gard), a décidé de briser le silence en témoignant, visage tuméfié, sur Instagram. Sur le réseau social, elle a posté une vidéo dans laquelle elle raconte ce traumatisme, sans vouloir se «faire plaindre mais pour montrer aux femmes et aux hommes qu'il faut en parler et se battre contre ça». 

Selon son récit, la scène d'une «violence purement gratuite», s'est déroulée le 19 août autour de 4h du matin lorsqu'elle promenait son chien. Elle dit avoir alors croisé trois individus, dont l'un lui a lancé : «T’es bonne». La jeune femme n'a pas réagi et a poursuivi son chemin. Là, une insulte a fusé, selon son récit sur Instagram : «Sale pute !». Mya de répliquer : «Ta gueule !» Mais à peine avait-elle fini ces mots, qu'elle a senti un bras l'attraper, puis «un coup de poing, deux, trois». La jeune femme rapporte être tombée au sol, puis s'être relevée. L'un des individus l'aurait à nouveau jeté au sol, aurait posé son pied sur son thorax, «puis [enchaîné] les coups de poing au visage pour finir par une série de coups de pied jusqu’à que je tombe inconsciente».

La jeune femme déclare s'être réveillée quelque minutes plus tard sur le trottoir, où seul son son chien l'attendait.

Voir cette publication sur Instagram

Je fait cette vidéo pour expliquer mon agression je me suis fait agresser à Nîmes mecredi matin par 3 individu je fait cette vidéo pas pour me faire plaindre mais pour montrer au femme et au homme qu’il faut en parler qu’il faut se battre contre ça qu’il ne faut pas avoir honte se n’est pas à nous d’avoir honte c’est à nos agresseur à nos violeurs à nos assassins que c’est à eux d’avoir honte il faut en parler il faut porter plainte il faut en parler on le voit partout autour de nous mais quand ça nous arrive ça nous change notre vie à tout jamais c’est quelques chose d’anormal en 2020 ça ne devrait pas exister en plus que se n’était de la violence purement gratuite je promener mon chien j’ai croiser c’est trois individus l’un d’eux me dit t’es bonne je ne répond pas je continue mon chemin puis une insulte sale pute là j’ai répondu et puis c’est partit de là j’ai fini ma phrase j’ai senti une bras m’attraper puis une coup de point deux trois puis je tombe une première moi je me relève on me rejeté au sol un homme pose son pied sur mon thorax puis enchaîne les coup de poing au visage pour finir par une série de coup de pied jusqu’à que je tombe inconsciente je me réveille quelque minutes plutard toujours sur se trottoir mais plus personnes à coter de moi juste mon chien qui attendais sagement je suis partit à l’hôpital une série d’examen cerveaux corps puis après de longues et longues heure à l’hôpital direction le commissariat les gendarmes on était très gentil . Il faut en parler . Je croit en Dieu et je remercie dieu d’être toujours en vie aujourd’hui d’aujourd’hui 🙏🏼

Une publication partagée par myaonfleek🌹 (@iam_myaab) le

Après des examens approfondis à l'hôpital, le diagnostic est lourd : de nombreux hématomes, deux côtes fêlées, une compression du foie, déclare la jeune femme.

Attouchements, perte de poids et de cheveux

France 3 Occitanie a rencontré Mya, une semaine après son agression. Elle déclare au média avoir également subi des attouchements durant son agression. Elle dit avoir perdu six kilos et avoir beaucoup vomi à cause de l'impact des coups sur son foie. La jeune femme porte un foulard car le stress engendré par ce traumatisme lui fait perdre ses cheveux. «Ca va un peu mieux, on fait avec. J'ai toujours deux côtes fêlées. Il faut essayer de garder le sourire mais des fois, je craque», témoigne-t-elle, le visage encore très marqué.

Mya a porté plainte. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale, selon la chaîne publique. «Dans le cadre de violences en réunion, les prévenus encourent jusqu'à 5 ans d'emprisonnement», précise Eric Maurel, procureur de la République de Nîmes à France 3.

Sur internet, une pétition a été lancée pour dénoncer les violences à Nîmes et réclamer une ville plus sûre : «Au nom de toutes les femmes de la ville de Nîmes qui ne se sentent pas en sécurité mais aussi au nom de tous ses citoyens, nous demandons aux élus de notre ville d'agir pour que nous puissions tout.e.s nous sentir en sécurité dans cette si charmante petite ville du sud.» A l'heure où nous publions, la pétition a recueilli plus de 7 000 signatures.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»