Risque industriel : la France doit-elle s'inquiéter de ses propres stocks de nitrate d’ammonium ?

Risque industriel : la France doit-elle s'inquiéter de ses propres stocks de nitrate d’ammonium ?© Grégoire MAISONNEUVE Source: AFP
Photo prise le 1ER octobre 2001 d'un hangar ouvert de la SNCF situé à environ 200 mètres de la gare de Saint-Malo, où étaient entreposés 1 200 tonnes d'engrais chimiques, composés de 33% de nitrate d'ammonium, par la Société malouine et granvillaise (SMG, groupe Bolloré) (image d'illustration).

Le nitrate d'ammonium est impliqué dans les explosions meurtrières de Beyrouth. En France ce produit entrant dans la composition d'engrais est stocké en large quantité, selon de strictes normes de sécurité – qui ne rassurent pas les Amis de la terre.

Les deux explosions qui ont fait, selon le dernier bilan au moins 137 morts et plus de 5 000 blessés à Beyrouth le 4 août, ont été déclenchées par un incendie qui s'est déclaré dans un entrepôt abritant depuis six ans quelque 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium, «sans mesures de précaution», selon les autorités citées par l'AFP. Ces déflagration ont pratiquement détruit le port et dévasté des quartiers entiers de la capitale libanaise, soufflant les vitres à des kilomètres à la ronde.

Le nitrate d'ammonium entre dans la composition de certains engrais, mais aussi d'explosifs. «Il est inadmissible qu'une cargaison de nitrate d'ammonium, estimée à 2 750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C'est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire», a déploré le Premier ministre Hassan Diab.

En France, il existe des capacités de stockage bien plus conséquentes qu'au Liban. Par exemple à Ambès (Gironde), près de Bordeaux, le leader mondial Yara peut entreposer plus de 20 000 tonnes, à comparer aux 3 000 tonnes de l'entrepôt du port de Beyrouth

Au vu de la tragédie libanaise, d'autres pays doivent-ils s'inquiéter des conditions de stockage de nitrate d’ammonium sur leur territoire ? Le Parisien s'est penché sur la question, pour le cas français. Dans un article mis en ligne le 6 août, le quotidien cite Anne-Laure Sablé, chargée de campagne Agriculture pour l'ONG les Amis de la terre : «En France, il existe des capacités de stockage bien plus conséquentes qu'au Liban. Par exemple à Ambès (Gironde), près de Bordeaux, le leader mondial Yara peut entreposer plus de 20 000 tonnes, à comparer aux 3 000 tonnes de l'entrepôt du port de Beyrouth.»

Or, le journal de la capitale précise que la sécurité et la surveillance sur ce type de produits ont été renforcées depuis l'accident d'AZF en 2001 – l'explosion de rebuts de nitrate d’ammonium dans une usine d’engrais à Toulouse, qui a causé la mort de 31 personnes. «Les installations stockant plus de 1 250 t de nitrates d'ammonium (ou 350 t pour le nitrate d'ammonium "qualité technique" c'est-à-dire destiné à fabriquer des explosifs) sont classées Seveso et donc soumises, en principe, à des règles de sécurité drastiques», indique le Parisien.

Le quotidien a également diffusé une infographie listant les principaux accidents survenus dans le monde impliquant du nitrate d'ammonium.

Interrogée par Europe 1, Marie-Astrid Soenen, de l'Ineris (Institut national de l’environnement et des risques industriels), affirme que le nitrate d’ammonium «est vraiment très cadré [en France], que ce soit en stockage comme en transport. Lorsqu'il y a un doute sur un produit, l'Ineris [...] intervient et réalise des essais». Et d'ajouter : «S'il y a un gros doute, on intervient pour dire si le produit présente un risque et si les conditions de stockage répondent bien aux caractéristiques techniques du produit.»

Selon Europe 1 également, le nitrate d'ammonium est principalement stocké en France dans des «big bag», «des conteneurs souples et hermétiques qui réduisent le risque d'explosion».

Le problème est que cette réglementation très stricte sur le papier n'est pas respectée par les industriels et que l'Etat est laxiste

Les réglementations de sécurité en France ne rassurent pas pour autant Anne-Laure Sablé, des Amis de la terre, qui fait remarquer auprès du Parisien que l'usine de produits chimiques de Lubrizol de Rouen était classée Seveso. «Le problème est que cette réglementation très stricte sur le papier n'est pas respectée par les industriels et que l'Etat est laxiste. Yara, le leader mondial des engrais, implanté dans les régions du Havre, Saint-Nazaire et Bordeaux, a fait l'objet de pas moins de neuf mises en demeure depuis 2015 !», ajoute-t-elle. 

Outre le stockage, 40 000 à 60 000 tonnes d'engrais transitent chaque année dans le port français de Saint-Malo, selon France Bleu. Le site du média public précise que «le transport et le stockage de l'engrais fait l'objet de mesures de sécurité très strictes», jamais plus de 7 500 tonnes de nitrate d'ammonium n'étant présent dans le port au même moment.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»