Un homme soupçonné d'implication dans l'attentat de Strasbourg remis en liberté

- Avec AFP

Un homme soupçonné d'implication dans l'attentat de Strasbourg remis en liberté© Stephane de Sakutin Source: AFP
Cliché pris à l'intérieur de la prison de la Santé, le 12 avril 2019, à Paris (image d’illustration).

La cour d'appel de Paris a confirmé la libération d'un individu soupçonné d'avoir fourni une arme au terroriste Chérif Chekatt, qui avait tué cinq personnes à Strasbourg en décembre 2018. L'homme a été placé sous surveillance électronique.

Un homme soupçonné d'être impliqué dans l'obtention d'un revolver par l'auteur de l'attentat de Strasbourg en 2018 a été remis en liberté sous bracelet électronique, a fait savoir l'AFP le 5 août, citant une source judiciaire, et confirmant une information des Dernières nouvelles d'Alsace.

Le juge des libertés et de la détention (JLD) a ordonné, le 20 juillet, de ne pas prolonger la détention provisoire de ce suspect, notamment pour des raisons de santé, et de l'assigner à résidence sous surveillance électronique.

Le parquet national antiterroriste a fait appel, mais la décision du JLD a été confirmée le 3 août par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris.

Il pensait que l'arme allait servir à un braquage, selon une source judiciaire

Deux autres membres de la famille de cet homme, également poursuivis dans cette affaire, avaient déjà été remis en liberté sous contrôle judiciaire en mars.

Tous trois, issus d'une même communauté de gens du voyage sédentarisés, avaient été incarcérés après leur mise en examen le 2 février 2019 pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» et «détention et cession d'arme de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise terroriste».

L'enquête vise à déterminer s'ils avaient connaissance du profil et du projet djihadiste de Chérif Chekatt, qui a tué cinq personnes aux abords du marché de Noël de la ville alsacienne le 11 décembre 2018.

Selon une source proche du dossier, ces suspects ont affirmé qu'ils pensaient que l'arme, un revolver de la fin du XIXe siècle, devait servir à un braquage.

Délinquant multirécidiviste de 29 ans et fiché S pour radicalisation islamiste, Chérif Chekatt avait été abattu par la police à Strasbourg après 48h de traque.

Une vidéo d'allégeance à l'organisation terroriste Daesh a été retrouvée sur une clé USB lui appartenant.

Au moins cinq personnes soupçonnées d'être liées à la fourniture de différentes armes au tueur sont mises en examen dans le cadre de cette enquête.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»