«Insupportable» ou «fort et cohérent» : la classe politique réagit au discours de Jean Castex

«Insupportable» ou «fort et cohérent» : la classe politique réagit au discours de Jean Castex© MARTIN BUREAU Source: AFP
Le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale à Paris, le 15 juillet 2020.

Des personnalités de la classe politique française ont réagi à la première déclaration de politique générale de Jean Castex. Si l'opposition a comparé le discours du Premier ministre a un «supplice», la majorité l'a considéré «fort et cohérent».

Le nouveau Premier ministre Jean Castex a pris la parole le 15 juillet au sein de l'Assemblée nationale pour dévoiler sa première déclaration de politique générale. Crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19, plan de relance de l'économie, lutte contre le chômage, transition écologique... Cette déclaration du locataire de Matignon était très attendue tant par l'opposition que par la majorité, qui ont promptement réagi notamment sur Twitter.

La majorité présidentielle conquise

Du côté du MoDem, le député des Yvelines Jean-Noël Barrot a publié sur Twitter un message de confiance clair à l'adresse du Premier ministre et de ses ministres : «Restaurer la confiance, garantir l'ordre républicain, faire de la France la première économie décarbonée, accompagner les plus fragiles : plein soutien au gouvernement de Jean Castex et à l'ambition qu'il porte pour notre pays !»

La porte-parole des députés LREM, Marie-Christine Verdier-Jouclas, et députée du Tarn, a jugé le discours du locataire de Matignon «fort et cohérent» : «Un chef de gouvernement avec une ligne politique claire : croissance et industries vertes, soutien aux plus démunis, réconcilier nos territoires, en concertation avec les partenaires sociaux.»

Les oppositions perplexes

Le secrétaire national du parti communiste français (PCF) et député du Nord, Fabien Roussel, a pour sa part estimé qu'aucune mesure de la déclaration de politique générale du Premier ministre ne ciblait «l'évasion fiscale qui coûte des dizaines de [milliards d'euros] au budget de l'Etat», citant en exemple «Apple, Amazon, LVMH [ou] AXA».

Le député la France insoumise (LFI) du Nord, Adrien Quatennens, n'a visiblement que peu apprécié le discours d'environ une heure de Jean Castex, le jugeant «insupportable» avant de le comparer à un «supplice». «Quelle perte de temps !», a-t-il ajouté.

«Une France "fracturée", "divisée", qui "en banlieue, dans les territoires ruraux se sent abandonnée", "est en proie au règne de l'impuissance publique", dont "l'intendance ne suit plus" : implacable réquisitoire de Jean Castex contre le bilan d'Emmanuel Macron», a estimé le député européen LFI et ancien socialiste Emmanuel Maurel.

«Le Premier ministre annonce un "gouvernement de combat". De combines surtout. Atteler Darmanin et Pompili, c’est du grand écart», a réagi le député Les Républicains (LR) du Vaucluse, Julien Aubert, en référence à Gérald Darmanin, nouveau ministre de l'Intérieur et Barbara Pompili, nouvelle ministre de la Transition écologique, qui s'étaient tous deux apostrophés sur Twitter en 2015.

Le président du mouvement Les Patriotes, Florian Philippot, a ironisé sur Twitter : «L'Etat n'étant pas encore assez détruit, il va falloir le détruire encore un peu plus...»

«Le Premier Ministre Jean Castex a enfoncé des portes ouvertes ! Des belles paroles qui ne seront malheureusement pas suivies d'effets, car ni lui ni Emmanuel Macron n'osent s'attaquer aux causes de la crise économique et de l'insécurité qui menacent le pays», a fait valoir le député de l'Essonne et président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan.

«Du bon sens au sens contraire, comment croire [Jean Castex] quand il déclare une juste guerre "à l'islamisme radical" devant un ministre de la Justice [Eric Dupond-Moretti] qui a dit : "c'est un honneur de défendre Merah" !», a réagi le député européen Rassemblement national (RN) siégeant au sein du groupe Identité et démocratie (ID) au Parlement européen, Gilbert Collard.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»