«Une racaille est rentrée chez moi» : une élue cambriolée pendant son direct à la radio

«Une racaille est rentrée chez moi» : une élue cambriolée pendant son direct à la radio© Capture d'écran Twitter, @SudRadio
Capture d'écran de la vidéo de l'interview de Najwa El Haïté sur Sud Radio le 10 juillet 2020.

Alors qu'elle participait à un débat en direct sur Sud Radio, Najwa El Haïté, élue d'Evry-Courcouronnes, a expliqué avoir vu un homme défoncer sa porte et lui voler des effets personnels. Elle a porté plainte. Un individu a été interpellé.

Alors que l'on dénombre en moyenne 645 cambriolages par jour en France, Najwa El Haïté a rapporté avoir été victime de l'un d'eux alors qu'elle intervenait en direct à la radio, le 10 juillet 2020. L'élue de la ville d'Evry-Courcouronnes (Essonne) et docteure en droit se trouvait alors dans un appartement du VIIIe arrondissement parisien et participait à un débat sur l'antenne de Sud Radio, relayé en vidéo sur les réseaux sociaux. Ironie du sort, ce débat portait sur l'insécurité en France.

Sur la vidéo, on peut voir Najwa El Haïté se lever brusquement, disparaître de l'écran puis se mettre à crier : «Hey !». Puis l'image de sa retransmission bouge, laissant apercevoir de manière floue un individu, avant d'être finalement coupée. Les participants au débat se sont alors interrogés sur cet incident, avant d'être rappelés par l'élue qui leur a expliqué, la voix tremblante : «J'ai un jeune [...] qui a défoncé ma porte [...] à coups de marteau et à coups de pied. Ça a été d'une violence inouïe. Il m'a volé mon portable, il m'a volé mon sac [...] On parlait de racailles, eh bien, il y a une racaille qui est rentrée chez moi, voilà.»

Son ordinateur a aussi été dérobé, a-t-elle précisé. Un suspect, mineur, a été interpellé et placé en garde à vue après que Najwa El Haïté a porté plainte au commissariat du VIIIe arrondissement de Paris, selon les informations du Parisien.

Emotion et soutien

Plusieurs personnalités ont tenu à soutenir l'élue locale, notamment le député de l'Essonne Francis Chouat qui a salué son courage et l'action de la police. 

L'ancien Premier ministre et ancien maire d'Evry, Manuel Valls, a lui aussi publié un message pour lui apporter son soutien. 

La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a dénoncé une «sauvage agression en direct». 

Le président de Sud Radio, Didier Maïsto, s'est de son côté dit sidéré par «certains commentaires lus sur les réseaux sur la prétendue fake news», des internautes ayant accueilli avec suspicion le témoignage en direct de l'élue.

«Continuez à dire que c’est un fake et je porte plainte pour diffamation», a en outre twitté Najwa El Haïté à l'adresse d'un utilisateur du réseau social, photographie du «compte rendu d'infraction initial» à l'appui. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»