«Stop aux Traoré» : la fresque de Stains taguée deux semaines après son inauguration

«Stop aux Traoré» : la fresque de Stains taguée deux semaines après son inauguration© Twitter : @CharlesBaudry
A Stains, la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été taguée.

Saluée par certains et abhorrée par d'autres, notamment dans les rangs de la police, la fresque contre «le racisme et les violences policières», représentant George Floyd et Adama Traoré, a été recouverte de tags.

Réalisée le mois dernier sur un mur de la ville de Stains (Seine-Saint-Denis), une fresque présente les portraits de George Floyd et Adama Traoré, tout en dénonçant «le racisme et les violences policières». Elle a été taguée depuis avec des mots tels que «extorsion» et «stop aux Traoré», en témoignent des images prises dans la nuit du 4 au 5 juillet par le reporter de RT France, Charles Baudry.

Le maire PCF de Stains, Azzédine Taïbi, a annoncé à l'AFP son intention de porter plainte le 6 juillet pour dégradation de bien public, l’œuvre ayant été réalisée sur un bâtiment municipal.

Réalisée par un collectif de la ville, la fresque représente, côte à côte sur un fond bleu agrémenté de nuages, les visages de George Floyd, Afro-Américain mort le 25 mai 2020 lors de son interpellation à Minneapolis (Etats-Unis), et d'Adama Traoré, jeune homme noir décédé en juillet 2016 après son interpellation par les gendarmes à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise). Une phrase, qui avait particulièrement irrité au sein des forces de l'ordre, surplombe les portraits : «Contre le racisme et les violences policières.»

L'édile mis en demeure par le préfet

La veille, avant la découverte des tags, Azzedine Taïbi, avait exprimé son incompréhension, expliquant avoir été mis en demeure par le préfet de Seine-Saint-Denis de modifier la fresque. 

«Monsieur le préfet me met en demeure de supprimer le mot "policières" de la fresque. Cette injonction était celle du syndicat de policiers Alliance. Je ne saisis pas le sens de cette mise en demeure infondée», a déclaré le maire qui a mandaté son avocat Arié Alimi «afin d'étudier les suites à donner au préfet».

Inaugurée le 18 juin en présence d'Azzedine Taïbi, la fresque avait été à l'origine d'une vague d'indignation dans les rangs de la police. Sur les réseaux sociaux, la délégation de Seine-Saint-Denis du syndicat Alliance avait dénoncé une «ultime provocation par un élu de la République qui stigmatise les policiers», et appelé à une «mobilisation» devant la fresque. Alliance 93 avait dans un premier temps réclamé que la fresque soit repeinte, avant de se raviser et de demander la modification de l'inscription faisant mention de la police.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»