Attaque de Reading : le suspect serait un demandeur d'asile libyen selon la presse britannique

Attaque de Reading : le suspect serait un demandeur d'asile libyen selon la presse britannique© PETER NICHOLLS Source: Reuters
Des policiers déplacent des fleurs déposées par des habitants à proximités des lieux de l’attaque.

Plusieurs médias britannique ont révélé l'identité du suspect de l'attaque au couteau de Reading qui a coûté la vie à trois personnes. Il s'agirait, selon eux, d'un demandeur d'asile libyen. La piste terroriste est privilégiée par les enquêteurs.

L'homme de 25 ans interpellé après l'attaque au couteau de Reading serait selon plusieurs médias, dont la chaîne de télévision britannique Sky News, un demandeur d'asile libyen nommé Khairi Saadallah. L'appartement où il vivait, situé à Basingstoke Road, près de Forbury Park à Reading, a été perquisitionné par les enquêteurs. 

Le suspect est accusé d'avoir attaqué plusieurs groupes réunis dans un parc de cette ville qui se situe à une soixantaine de kilomètres de Londres, lors de la soirée du 20 juin. Trois personnes ont été tuées et trois autres, grièvement blessées, sont actuellement hospitalisées. Les enquêteurs pensent que l'auteur a agi seul, selon le chef de la police antiterroriste, Neil Basu. «Nous ne recherchons personne d'autre», a-t-il déclaré.

Si les motivations de cet «acte horrible» sont «loin d'être certaines», l'antiterrorisme a pris la tête des investigations. La piste terroriste n'était au départ pas privilégiée. Selon le Daily Telegraph, citant une source sécuritaire, la «santé mentale» du suspect est considérée comme un «facteur majeur» dans l'attaque.

Je suis consterné et écœuré que les gens perdent leur vie de cette façon. Nos pensées vont aux familles et aux amis des victimes

«Je suis consterné et écœuré que des gens perdent la vie de cette façon. Nos pensées vont aux familles et aux amis des victimes», a entre autre déclaré le Premier ministre Boris Johnson dans un message accompagné d'une vidéo sur Twitter. 

«Si des leçons doivent être tirées [...] nous les tirerons», a-t-il par ailleurs déclaré, affirmant que le gouvernement n'hésiterait «pas à prendre des mesures» là où ce serait nécessaire.

Fin novembre, un djihadiste en liberté conditionnelle avait tué deux personnes en plein cœur de Londres. L'assaillant, qui portait un gilet explosif factice, avait été abattu par la police sur le London Bridge. Le 2 février, trois personnes avaient été blessées au couteau lors d'une attaque «de nature islamiste» selon la police dans une rue commerçante du sud de Londres. L'assaillant, déjà condamné pour des délits terroristes, avait été tué par la police. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»