Dynamo Kiev-Guingamp : «J’ai vu un stade en guerre avec des chiens enragés»

Source : RIA Novosti Source: RIA NOVOSTI
Source : RIA Novosti

Le match retour du 1/16 de finale de la Ligue Europa entre le Dynamo Kiev et Guingamp, qui s’est joué dans la capitale ukrainienne, a été interrompu par un combat fracassant initié par des fans du club ukrainien à cause d’un «drapeau russe».

Les hostilités se seraient produites après qu’un des fans du club français a accroché un drapeau tricolore tourné à 90 degrés. Les Ukrainiens l’ont pris pour un drapeau russe et se sont sentis offensés. Pour punir les soi-disant «pro-russes» et leur infliger une bonne correction pour cet affront, les supporteurs du Dynamo Kiev ont crevé les rangs de policiers et se sont dirigés vers la tribune des visiteurs, où selon des témoins, ils auraient vu une bannière avec un slogan «La Crimée c’est la Russie»

Après le match, le président de Guingamp Bertrand Desplat a fait un commentaire assez dur sur le comportement des fans ukrainiens.

«Il y avait onze héros guingampais sur le terrain parce qu’organiser un match dans ces conditions de sécurité, quand l’intégrité des uns ou des autres n’est pas assurée, c’est catastrophique pour le football. J’ai vu un stade en guerre avec des chiens enragés qui voulaient en découdre», a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l’organisation terrible du match, le patron du club français a dit que «c’était extrêmement dangereux» et que «ce match n’aurait jamais dû avoir lieu en  dans ces conditions».

Toute l’équipe du Dynamo Kiev s’est mise à calmer ses fans enragés aux côtés des agents de police. L’arbitre a même pris la décision de renvoyer les équipes dans les vestiaires. Le club de  risque une amende de l’UEFA et de devoir disputer son prochain match à huis clos.

Malgré la haine antirusse de ses fans et l’interruption du match, le club ukrainien a remporté la victoire sur un score de 3-1.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales