Seine-Saint-Denis : une statue du général de Gaulle dégradée à la peinture jaune

Seine-Saint-Denis : une statue du général de Gaulle dégradée à la peinture jaune© Francois Mori/Pool
Statue du général Charles de Gaulle à Paris (image d'illustration).

Le sénateur LR de Seine-saint-Denis s'est indigné de la dégradation – non revendiquée – d'une statue du général de Gaulle et d'une plaque commémorative de la bataille de Bir Hakeim situées dans un parc des Pavillons-sous-Bois.

Une statue du général de Gaulle et une plaque commémorant la bataille de Bir Hakeim des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont été découvertes vandalisées à la peinture jaune le 13 juin, a annoncé sur Twitter le sénateur LR et ancien maire de la ville Philippe Dallier. 

Le Parisien a rapporté que la mairie LR de la ville avait porté plainte contre X pour cet acte de vandalisme. Une opération non revendiquée qui intervient dans un contexte de dégradations et de destructions de statues de figures historiques dans plusieurs pays occidentaux.

Vite nettoyée, la statue a retrouvé sa forme initiale dès le lendemain, comme s'en est réjoui l'élu Les Républicains qui a remercié les employés municipaux de la ville des Pavillons-sous-Bois.  

Dans le sillage de manifestants américains du mouvement de réaction à la mort de George Floyd, des manifestants réclament le retrait de statues honorant notamment le camp sudiste de la guerre de Sécession, ou des personnages historiques comme Christophe Colomb. En France, des militants radicaux comme la groupusculaire Ligue de défense noire africaine (LDNA), militent pour effacer de la mémoire collective plusieurs personnages clés de l'Histoire de France pour leur racisme ou leurs méfaits supposés envers les Noirs.

Le groupe milite, entre autres, pour le déboulonnage des statues de Colbert, Napoléon ou du général de Gaulle : «Ainsi on effacera du dessous des Cieux leurs souvenirs pour le bénéfice des jeunes générations», justifiaient-ils récemment sur Twitter.

Par ailleurs, l'ancien Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault a demandé, le 13 juin, que soit rebaptisée une salle Colbert à l'Assemblée nationale ainsi qu'un bâtiment de Bercy portant le nom du ministre à l'initiative, en 1685, du Code noir. Sitôt proposée, l'idée a été vivement critiquée, notamment par la droite, mais aussi par le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, ou encore la députée LREM Aurore Bergé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»