Vers des poursuites contre Assa Traoré ? La justice est saisie pour manifestation interdite

Vers des poursuites contre Assa Traoré ? La justice est saisie pour manifestation interdite© Kenzo TRIBOUILLARD Source: AFP
Assa Traoré en manifestation à Beaumont-sur-Oise dans le Val d'Oise le 20 juillet 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le préfet de police de Paris a signalé la manifestation interdite en mémoire d'Adama Traoré du 2 juin à Paris au titre de l'article 40 du code de procédure pénale. Le parquet réfléchit à des poursuites contre les organisateurs.

Le 3 juin, le préfet de police de Paris Didier Lallement a signalé au procureur de la République l'organisation et la tenue d'une manifestation qui avait préalablement été interdite, notamment en raison de l'état d'urgence sanitaire. 20 000 personnes se sont toutefois rendues à cette manifestation non-autorisée par la préfecture et des dégradations importantes ont été observées dans le XVIIe arrondissement de Paris.

Alors que la responsabilité du préfet lui-même a notamment été mise en cause par le maire de l'arrondissement, c'est à présent Assa Traoré, la militante anti-forces de l'ordre et sœur d'Adama Traoré (en mémoire de qui la manifestation était organisée), qui pourrait voir sa responsabilité engagée.

Selon les informations de LCI, le parquet a fait savoir que l'article 40 déposé par Didier Lallement avait bien été reçu par le parquet qui l'analysait et qu'il appartenait à présent au magistrat d'ouvrir ou non une enquête pour engager des poursuites à l'encontre d'Assa Traoré et des organisateurs de la manifestation.

L'article 40 du code de procédure pénale impose à toute autorité et tout fonctionnaire ayant connaissance d'un crime ou délit d'en aviser le procureur de la République.

En raison de l'état d'urgence sanitaire, les réunions de plus de 10 personnes sont pour le moment proscrites sur tout le territoire, or le rassemblement en mémoire d'Adama Traoré du 2 juin à Paris a été évalué à 20 000 participants par les autorités. Celui-ci n'aurait par ailleurs fait l'objet d'aucune déclaration préalable, selon la préfecture de police qui a également estimé dans un communiqué du 2 juin que la «tonalité de l’appel à manifester relayé par les réseaux sociaux laissait craindre que des débordements aient lieu sur un site sensible», en l'occurrence devant le tribunal de grande instance de la capitale.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix