Paris : trois faux policiers interpellés pendant un tournage sur le racisme mené sans autorisation

Paris : trois faux policiers interpellés pendant un tournage sur le racisme mené sans autorisation
L'épicerie devant laquelle devait se dérouler le tournage abrégé par l'intervention de la BAC le 31 mai 2020, rue Saint-Charles à Paris dans le XVe arrondissement (RT France).

Trois individus déguisés en policiers pour un tournage sauvage ont été arrêtés à Paris. Le réalisateur voulait rendre hommage à George Floyd mais la préfecture dénonce : «Susciter la haine par des fake news contre les forces de l'ordre est criminel.»

Trois individus déguisés en policiers nationaux ont été interpellés dans le XVe arrondissement de Paris, rue Saint-Charles le 31 mai.

Selon les informations du site d'actualités policières, Actu17, qui a révélé l'affaire, les personnes interpellées étaient en plein tournage sauvage dans les rues de Paris et voulaient réaliser une scène dénonçant le prétendu racisme des policiers nationaux. Selon la même source, «la vidéo devait finir sur les réseaux sociaux et faire le buzz.» 

Le principe de la vidéo en question : des policiers blancs interpellaient un homme à la peau noire dans une supérette tandis qu'un voleur à la peau blanche quittait le magasin sans encombres.

C'était sans compter sur la présence dans la rue de policiers en civil de la brigade anticriminalité dont le regard a été attiré par ces trois faux policiers à l'attitude suspecte et à la tenue débraillée. Ceux-ci ont été interpellés et placés en garde à vue pour usage d'une fausse qualité. Le réalisateur du tournage sauvage et son cameraman ont également été conduits au commissariat du XVe arrondissement pour y être entendus dans le cadre d'une enquête préliminaire, toujours selon cette même source. Les trois policiers seraient âgés de 19 à 26 ans selon Actu17. 

Contacté par RT France, le bureau de presse de la préfecture de police de Paris a botté en touche et préféré renvoyer vers son compte Twitter où le tweet suivant a été publié au sujet de l'interpellation : «Trois interpellés arborant des tenues afin de tourner une vidéo simulant une interpellation raciste. Comment aurait-elle été commentée sur les réseaux sociaux si elle avait été diffusée ? Dans le contexte actuel, susciter la haine par des fake news contre les forces de l'ordre est irresponsable et criminel.»

RT France s'est également rendu sur place pour essayer de comprendre ce qui s'était passé. La gérante de la supérette a simplement assuré que les faux policiers n'étaient pas entrés dans la boutique et qu'il n'y avait eu aucun souci sur place en ce qui concernait le magasin.

Le réalisateur de la vidéo sans autorisation voulait rendre hommage à Floyd

Depuis son audition, le réalisateur de la vidéo qui se fait appeler Hitsu, s'est exprimé dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et a fait savoir qu'il comptait, avec cette réalisation, adresser un hommage à George Floyd, un Américain de 46 ans mort le 25 mai lors de son interpellation par des policiers de Minneapolis aux Etats-Unis.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»