Drones de surveillance : la préfecture de police de Paris attaquée en justice par deux associations

Drones de surveillance : la préfecture de police de Paris attaquée en justice par deux associations© Pascal Rossignol Source: Reuters
Plongée visuelle sur l'avenue des Champs-Elysées, depuis un drone, le 3 avril 2020 (image d'illustration).

En pleine crise sanitaire, des drones sont utilisés dans plusieurs villes de France par les forces de l'ordre pour faire respecter le confinement. Dénonçant un «dispositif illégal», deux associations attaquent la préfecture de police de Paris.

«Depuis le début du confinement et un peu partout en France, la police prétend se faire assister de drones pour lutter contre les infractions», peut-on lire en préambule d'un communiqué commun de la Quadrature du Net et la Ligue des Droits de l’Homme, paru ce 4 mai.

Les deux associations, respectivement spécialisées dans la défense des libertés et la défense des droits de l'Homme, ont annoncé avoir déposé «un recours en urgence contre le déploiement de drones par la préfecture de police de Paris».

Entre autres griefs de cette requête en référé, le texte dénonce «une atteinte grave [...] aux libertés fondamentales que sont le droit à la vie privée et le droit à la protection des données personnelles».

Dans une courte vidéo postée sur les réseaux sociaux, les deux associations déplorent notamment une dépense de quatre millions d'euros «pour surveiller la ville depuis le ciel».

Le déploiement de ces drones «se fait en l’absence de tout cadre légal spécifique quant à l’utilisation des images filmées [et] augmente de manière inédite les capacités de surveillance de la police», dénoncent les deux organismes qui expliquent avoir déposé un référé-liberté devant le tribunal administratif de Paris «pour lui demander de faire cesser immédiatement ce dispositif illégal».

«Le déploiement de ces drones, déjà utilisés notamment pour la surveillance des manifestations, ne fait que s’amplifier avec la crise sanitaire», déplorent les auteurs du communiqué qui citent un rapport sénatorial, évoquant le déclenchement de 535 vols de drones dont 251 de surveillance «entre le 24 mars et le 24 avril».

De son côté, la préfecture de police vante depuis plusieurs semaines les capacités de ses drones à travers une série de vidéos régulièrement diffusées sur les réseaux sociaux. Hasard du calendrier, la veille de la publication du communiqué annonçant le recours en justice des associations susmentionnées, la préfecture de police postait de son côté sur Twitter l'épisode 5 de sa saga «Paris vu par les drones de la préfecture de police».

Paris n'est pas la seule ville où sont utilisés ces petits aéronefs télécommandés pour faire respecter le confinement national dans le cadre de la crise sanitaire. A Nice par exemple, cela fait plusieurs semaines qu'un drone muni d'un haut-parleur survole la promenade des Anglais et le centre-ville pour diffuser des messages ordonnant aux habitants de rester chez eux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»