Fin du chômage partiel pour les parents qui refusent d'envoyer leurs enfants à l'école ?

Fin du chômage partiel pour les parents qui refusent d'envoyer leurs enfants à l'école ?© Benoît Tessier Source: Reuters
La ministre du Travail française Muriel Pénicaud à l'Elysée, à Paris, France, le 21 octobre 2019 (image d'illustration).

Pour continuer à bénéficier du chômage partiel, les parents pourraient bientôt se voir demander une attestation démontrant que l'école est fermée ou ne peut pas accueillir leur enfant.

Cité le 29 avril par l'AFP, l'entourage de la ministre du Travail Muriel Pénicaud a fait savoir qu'à partir du 1er juin, afin de bénéficier d'un dispositif de chômage partiel pris en charge par l'Etat, les parents qui ne peuvent pas télétravailler du fait de la garde de leurs enfants devront fournir «une attestation démontrant que l'école est fermée ou ne peut pas accueillir un enfant».

Une information qui rejoint l'appel, le même jour, du ministre de l’Economie Bruno Le Maire, à se «retrousser les manches tous ensemble» pour «reprendre le travail».

Le sujet n'a pas manqué de faire réagir l'opposition de droite et de gauche, à l'instar par exemple de la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, qui s'est exprimée à ce sujet sur les réseaux sociaux. «Le critère pour refuser le chômage partiel aux parents qui ne souhaitent pas remettre les enfants à l’école c’est le respect par l’école des préconisations sanitaires... Lesquelles ? Celles du conseil scientifique qui préconise la non réouverture des écoles avant septembre ?», a-t-elle twitté. La députée insoumise de Paris Danièle Obono a pour sa part commenté : «C'est volontaire... mais un peu obligé quand même, hein ?!». «Un pur scandale», a encore estimé Emmanuel Maurel, coordinateur national de la Gauche républicaine et socialiste à l'europarlement.

Baisse à venir de la participation étatique au dispositif de chômage partiel

Le même jour, la ministre du Travail s'est exprimée à l'antenne de France inter sur les projets du gouvernement concernant l'évolution de la prise en charge par l'Etat du dispositif de chômage partiel dans les semaines à venir, annonçant que celui-ci serait «un peu moins important» à partir du mois de juin.

Actuellement, le chômage partiel permet au salarié d'être indemnisé à hauteur de 70% du salaire brut, soit 84% du salaire net, et 100% pour le Smic.

«La diminution de cette prise en charge reste à discuter avec les partenaires sociaux», a expliqué le ministère du Travail, toujours selon l'AFP, qui a précisé qu'il ne s'agirait pas de revenir au système existant avant le Covid-19, ni de fermer le robinet aux secteurs les plus touchés, comme l'hôtellerie-restauration, qui ne connaît pas encore sa date de réouverture. 

Le chômage partiel bénéficie actuellement à 11,3 millions de salariés français dans le contexte de crise sanitaire liée au coronavirus. Le 29 avril, ils étaient un million de plus que la semaine précédente à être en «activité partielle», autre nom du chômage technique ou du chômage partiel, soit plus d'un salarié du privé sur deux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»