Coronavirus : «2,5 millions de ménages» en difficulté face à leurs factures

Coronavirus : «2,5 millions de ménages» en difficulté face à leurs factures© Boris Horvat Source: AFP
Les logements à loyer modéré du Parc Corot dans le nord de Marseille le 27 novembre 2018. (Image d'illustration)

Les locataires de plus en plus inquiets pour le paiement de leurs factures. Face à la crise sanitaire et économique, la réduction des salaires ne permet plus de vivre sereinement. Associations et politiques se rassemblent pour trouver des solutions.

Eau, téléphone, mutuelle, assurance automobile… les factures continuent de tomber malgré la paralysie de l'économie due au confinement. Pour Céline, gestionnaire dans un centre de formation de secourisme, placée au chômage partiel, la perte d'un tiers de son salaire est une épreuve. Avec désormais 1000 euros de revenu mensuel elle se demande si elle va bien pouvoir payer sa plus grande dépense, à savoir son loyer de 650 euros. «Si on ne touche pas de salaire on ne peut pas payer toutes les charges», explique-t-elle, interrogée par RT France. «Encore une fois, je pense qu’on demande des efforts à tout le monde donc ce serait logique qu’il y ait une suspension des loyers pendant la période du confinement. Et au-delà s’il le faut, jusqu’à la reprise de l’activité».

Depuis le début de la crise sanitaire des voix s’élèvent pour demander des mesures d’aides aux locataires, l’association Droit au logement invite l’État à s’inspirer de ses voisins européens et à mettre en place un moratoire sur les loyers. Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de cette association s'indigne : «Chômage partiel, loyer partiel. Zéro revenu, zéro loyer. C’est ça qu’il faut mettre en place aujourd’hui pour les locataires parce que les gens sont angoissés. Comment vont-ils faire à la fin du mois ? Il y a plein de pays qui ont pris des mesures. L’Espagne suspend le paiement des loyers, l’Allemagne également suspend l’obligation de payer les loyers... Voilà, on a un certain nombre de pays qui prennent des mesures et il y en a plein d’autres qui prennent des mesures en faveur des locataires, des habitants, pour ne pas qu’ils se retrouvent à la rue.»

L’institut des recherches économiques et sociales (IRES) estime que 2,5 millions de ménages connaissent actuellement des difficultés pour payer leurs loyers ou leurs prêts immobiliers. Pour l’heure, le gouvernement ne prévoit ni suspension, ni report du paiement des loyers, les expulsions locatives sont cependant interdites jusqu’au 31 mai.

Aurélien Taché, député LREM du Val-d'Oise et président du Conseil national de l'habitat, a d'ailleurs formulé le 22 avril 15 propositions pour une politique du logement s'appuyant sur le principe de «zéro expulsion», plaidant en faveur de mesures d'urgence face à la crise du coronavirus et des réponses «pérennes» au mal-logement.

Le député estime qu'«à la fin du confinement, l'accès ou le maintien dans un logement décent sera sans doute la première des priorités». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»