Liberté d’informer : la presse présidentielle accuse l'Elysée de mettre à l'écart les journalistes

Liberté d’informer : la presse présidentielle accuse l'Elysée de mettre à l'écart les journalistes© BENOIT TESSIER Source: AFP
Emmanuel lors d'une visioconférence depuis l'Elysée, le 26 mars 2020 (image d'illustration).

Alors que les relations entre la presse et Emmanuel Macron sont houleuses depuis le début du quinquennat, l'Association de la presse présidentielle déplore une dégradation de la couverture des déplacements présidentiels.

La liberté d'informer autour des déplacements du président de la République pourrait-elle être remise en cause en cette période de crise sanitaire ? C'est une question que soulève un récent communiqué de l'Association de la presse présidentielle (APP). Celle-ci met en garde la présidence contre «une dégradation, inédite dans un quinquennat, de la couverture des déplacements» du chef de l'Etat, qui entretient depuis son élection des relations parfois tendues avec le monde journalistique.

Moins que jamais, la communication du pouvoir ne peut tenir lieu d’information des citoyens

«Ces dernières semaines, à plusieurs reprises, les équipes de l’Elysée ont [...] empêché ou interrompu des journalistes lors de prises de vue ou de sons lors d’échanges du chef de l’État», s'inquiètent les auteurs du communiqué de l'APP, publié le 9 avril.

«Cette crise sanitaire est une épreuve pour la démocratie. Moins que jamais, la communication du pouvoir ne peut tenir lieu d’information des citoyens», peut-on encore lire dans ce texte, rédigé à l'issue du récent déplacement d'Emmanuel Macron à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre, dans le Val-de-Marne.

Une inquiétude dont d'autres voix au sein de la profession se sont fait l'écho. En témoigne une publication de la journaliste de Mediapart Ellen Salvi, parue le soir même, qui dénonce le fait que des journalistes aient été «écartés» de récents déplacements présidentiels. «Pratique. Pas très liberté de la presse, mais pratique», commente-t-elle sur Twitter.

En tout état de cause, le communiqué de l'APP a reçu le soutien d'organisations syndicales représentatives de la profession, à l'image du SNJ, qui a remercié l'association pour «une salutaire mise au point», ou encore du SNJ-CGT, qui a affirmé apporter tout son soutien à l'APP.

L'épisode n'est pas sans rappeler le tri des journalistes lors de déplacements présidentiels, qui avait été dénoncé par la presse en 2017, ou le blacklistage assumé de journalistes de RT en salle de presse de l'Elysée.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»