Macron à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre : cet autre extrait qui n'a pas été posté par l'Elysée

Macron à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre : cet autre extrait qui n'a pas été posté par l'Elysée© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Le président français Emmanuel Macron, portant un masque, s'entretient avec des agents de santé alors qu'il visite un centre médical à Pantin (93) pendant l'épidémie de coronavirus, le 7 avril 2020. (image d'illustration)

Alors que l'Elysée n'a diffusé qu'une séquence d'applaudissements à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre où Macron était en déplacement, une autre vidéo a fuité sur les réseaux montrant un échange contradictoire entre le président et une soignante.

Dans la matinée du 9 avril, Emmanuel Macron a effectué un déplacement de plus de deux heures à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), où il a rencontré des équipes hospitalo-universitaires impliquées dans la recherche clinique sur le coronovirus. De cette visite, une seule vidéo a été postée sur les réseaux sociaux de l'Elysée. Celle où on voit une soignante demander au président : «Est-ce qu'on peut s'applaudir comme le font les gens à 20 heures ?» 

A noter : la presse n'avait pas été conviée à ce déplacement présidentiel. Une autre vidéo, filmée depuis un balcon intérieur du bâtiment hospitalier a néanmoins filtré sur les réseaux sociaux. Elle montre un échange entre le président et une soignante qui relève beaucoup moins de la «câlinothérapie». Une discussion un peu plus contradictoire a en effet eu lieu entre la même soignante – qui réclamera plus tard les applaudissements – et le président de la République.

 Nous les soignants, on est des pauvres

Dans cet extrait, le président affirme : «C'est vrai qu'on n'a pas rattrapé 15 années de baisse du tarif hospitalier, vous avez raison [...] mais je ne prendrai pas les responsabilités pour tout ce qui a été fait avant». «Vous savez, ces métiers-là, on les fait par vocation», lui répond la soignante. «On les fait parce qu'on aime les gens, on est à l'hôpital public. Nous les soignants, on est des pauvres et demain on peut se retrouver dans les lits et ce qu'on aimerait bien pour nous, on aimerait pouvoir le faire pour eux. Et avec le manque d'effectif, avec le manque de personnel, on n'y arrive pas», déplore-t-elle. «Mais après collectivement, on va tirer toutes les leçons», répond le président et la vidéo s'arrête à ce moment-là. On n'en saura pas davantage.

La presse n'a pas été conviée à ce déplacement

Si cet échange n'a pas été diffusé sur les médias, c'est que ces derniers n'ont pas été conviés à ce déplacement. L'association de la presse présidentielle (APP) s'en est d'ailleurs plaint dans un communiqué. 

«Cette visite, sans contraintes particulières au regard des précédents déplacements, n’avait aucun caractère privé puisque l’Elysée en a diffusé ses propres images sur les réseaux sociaux», signale l’APP. Et cet empêchement d'informer sur les activités présidentielles ne semble pas être une première. «Ces dernières semaines, à plusieurs reprises, les équipes de l’Elysée ont empêché ou interrompu des journalistes lors de prises de vue ou de sons lors d’échanges du chef de l’Etat», ajoute le communiqué. L’association «s’alerte de cette dégradation, inédite dans un quinquennat, de la couverture des déplacements présidentiels». L’APP accuse ensuite le service de communication du président de se substituer au travail de journalistes. «Cette crise sanitaire est une épreuve pour la démocratie. Moins que jamais, la communication du pouvoir ne peut tenir lieu d’information des citoyens», s'insurge l'association. En conclusion, l’association «demande la présence systématique de journalistes lors de déplacements officiels du chef de l’Etat pour assurer la plus grande transparence et l’information de tous». 

Depuis le début de l'épidémie, Emmanuel Macron s'est déplacé une dizaine de fois au contact des soignants ou des travailleurs sociaux mobilisés. Dans les prochains jours, le président va continuer à préparer son allocution, prévue le 13 avril à 20h02, notamment sur le prolongement du confinement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»