Amazon devra-t-il fermer ses sites français faute de protéger suffisamment ses employés ?

Amazon devra-t-il fermer ses sites français faute de protéger suffisamment ses employés ?© Thomas Samson Source: AFP
Les activistes d'ANV-COP 21 et les Amis de la Terre (Friends of the Earth) bloquant un site d'Amazon à Brétigny-sur-Orge en novembre 2019. Ils protestent contre les méthodes de travail du géant américain et leur impact sur le réchauffement climatique.

Le tribunal de Nanterre a examiné le 10 avril l’assignation déposée par l'union syndicale Sud Solidaires, qui requiert la fermeture de tous les entrepôts français du géant de l'e-commerce pour manque de protection de ses salariés et intérimaires.

Le géant américain du commerce en ligne Amazon était assigné, le 10 avril 2020, devant le tribunal judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine), à la demande de l'union syndicale Sud Solidaires, soutenue par l’ONG Les amis de la Terre. L'union syndicale demandait la fermeture de tous les sites d’Amazon logistique France, faute selon elle d’assurer les protections nécessaires à ses 6 600 CDI et 3 600 intérimaires contre le coronavirus.

Durant l'audience ont été abordées les mesures mises en place, les entrées dans les entrepôts, les vestiaires, l'endroit où sont stockés masques et gels, mais aussi les produits vendus, loin d'être des biens de première nécessité. Le délibéré sera rendu le 14 avril à 14h. 

Sud Solidaires et les Amis de la Terre demandent une astreinte de 1 million d'euros par jour si l’entreprise d'outre-Atlantique refuse d’exécuter une éventuelle décision de fermeture. Si la justice ne la suivait pas, l’union syndicale requiert que la vente se limite aux biens de première nécessité, qui ne représentent actuellement que 10% du total des achats acheminés, afin de réduire le nombre d’employés sur les plateformes.

Les plaignants s’appuient sur de nombreuses pièces faisant état d'un manque de protection des salariés. Ils disposent également d'éléments de l’Inspection du travail qui a mis en demeure la société pour des irrégularités sur quatre de ses six plateformes à Brétigny-sur-Orge (Essonne), Saran (Loiret), Lauwin-Planque (Nord) et Montélimar (Drôme). L'administration de contrôle a estimé que le groupe n'avait pas mis en place les conditions nécessaires pour éviter une «situation dangereuse» sur ces sites. Le géant de l’e-commerce regroupe jusqu’à 500 personnes sur une seule plateforme.

Amazon s'est mis en conformité sur trois d'entre elles, a fait savoir le ministère du Travail à l'AFP, le 10 avril 2020.

Dans sa communication, Sud Solidaires a affirmé que plusieurs cas de Covid-19 avaient été confirmés sur les sites et qu’un employé était en réanimation à l'hôpital.

La CGT et la CFDT n’ont pas choisi l’action judiciaire, mais ont appelé les salariés à la grève le 8 avril ou à exercer leur droit de retrait. Si les salariés n’ont pas répondu à cet appel, un certain nombre ne s’est pas présenté sur le lieu de travail. Un chiffre que la direction d’Amazon évalue à 20%, tandis que les syndicats affirment qu'il représente de 40% à 60%. 

Amazon a également fait l'objet de critiques du gouvernement. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait estimé le 19 mars que le géant de la distribution exerçait des pressions «inacceptables» sur ses salariés, en ne payant pas ceux qui exerçaient leur droit de retrait. 

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»