Confinement : SOS Racisme se scandalise d'un maire qui évoque des «wesh wesh»

Confinement : SOS Racisme se scandalise d'un maire qui évoque des «wesh wesh»© JACK GUEZ Source: AFP
Les bandes de jeunes ne respectant pas le confinement, ciblées par un maire de la Loire (image d'illustration).

Lors d'un direct sur les réseaux sociaux, l'édile d'une petite commune de la Loire s'est offusqué que des bandes de jeunes ne respectent pas les règles de confinement, en les qualifiant de «wesh wesh». SOS racisme y voit des propos «racistes».

L'association SOS racisme est montée au créneau contre le «coup de gueule» poussé le 22 mars par un maire centriste d'une ville de moins de 10 000 habitants de la Loire, Eric Berlivet. Dans un direct sur Facebook, le maire de Roche-la-Molière exprimait ainsi sa colère contre «certains» qui ne respectaient pas les règles de confinement dans les alentours de Saint-Etienne.

L'édile a en effet estimé que, confrontés aux forces de l'ordre chargées de faire respecter les mesures de lutte contre l'épidémie de coronavirus, il y avait «des irréductibles qui ne comprenaient rien, qui avaient la tête en bois». Il a ainsi dit ne pas comprendre «pourquoi on irait "engueuler" une mamie qui fait ses courses [en oubliant] son petit papier» alors que dans le même temps, il y a selon lui «toujours une partie de "wesh wesh" qui sont regroupés et qui ne comprennent rien à rien». Et Eric Berlivet de conclure : «C'est quand même la base de respecter les règles.»

Durant la vidéo, le maire est revenu sur ces «petits loulous qui ne comprennent rien», jugeant par ailleurs qu'il faudrait «des peines exemplaires».

«Wesh wesh», un terme «stigmatisant» pour SOS Racisme

Un propos semble-t-il inacceptable pour l'organisation SOS Racisme de la Loire, qui a adressé ses objections au maire dans une lettre dont Le Progrès a relayé quelques lignes. SOS racisme y dénonce des propos «inadmissibles, injurieux, irresponsables et racistes». «Pourquoi utiliser un terme stigmatisant tel que "wesh wesh" ? [...] Pourquoi opposer "la mamie" qu'on embête et les "wesh wesh" ?», s'interroge notamment l'association. Le responsable juridique de l'association dans la Loire, Saïd Hamimi, argumente pour France bleu : «Utiliser le mot "wesh wesh", c'est quand même assez connoté, on pense qu'il vise une certaine catégorie de personnes, des jeunes de quartier».

Joint par le quotidien régional, Eric Berlivet se défend de tout racisme mais assume son propos et assimile effectivement les «wesh wesh» à «certains jeunes de quartier», ajoutant qu'à une autre époque, il aurait pu les qualifier de «sauvageons». Il déplore le début de polémique lancé par SOS Racisme, estimant, en ce moment, «avoir d'autres choses à foutre».  

Entre autres réactions, le maire de Roche-la-Molière a reçu le soutien de Laurent de Béchade de l'association «Lutte pour l’égalité dans l’antiracisme», anciennement Organisation de lutte contre le racisme anti-Blanc (Olra). Sur Twitter, le militant dénonce l'attitude de SOS Racisme : «Wesh signifie "racaille". A moins que l’association assimile les racailles à une communauté ethnique (ce qui serait raciste justement) cette polémique est parfaitement stupide.»

Le propos d'Eric Berlivet n'a en revanche pas été apprécié par la conseillère départementale divers gauche (ex-Génération.s) de Loire Nadia Semache (soutenant actuellement le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau) qui constate de son côté une «déferlante de racisme ordinaire en ce moment» et évoque des propos «inadmissibles».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»