Covid-19 : des soignants harcelés par leurs voisins par peur de la contagion

Covid-19 : des soignants harcelés par leurs voisins par peur de la contagion© Damien Meyer Source: AFP
Une infirmière dans le cabinet d'un médecin dans l'Ouest de la France le 27, mars 2020.

De nombreuses infirmières et autres personnels hospitaliers sont visés par des lettres anonymes exigeant leur déménagement, écrites par des voisins redoutant qu'ils soient infectés par le coronavirus.

L'élan de solidarité envers les soignants s'amplifie en ces temps d’épidémie. Paniers repas fabriqués par des citoyens lambda ou des restaurateurs, dons de matériel, cagnottes, applaudissements aux fenêtres des immeubles à 20h... Malheureusement, une minorité d'individus craignant une hypothétique contagion de leurs voisins infirmières et soignants, loin de manifester leur reconnaissance, les harcèlent jusqu’à leur domicile. Lettres anonymes affichées sur les portes ou les voitures et menaces d’expulsion attentent au moral du personnel médical.

Déménager en attendant la fin de cette épidémie

«Nous vous demandons de ne pas emprunter l’ascenseur, de ne pas toucher les éléments des parties communes ou mieux de déménager en attendant la fin de cette épidémie» : voici ce que Marion Dommartin, infirmière de l’hôpital Sainte-Musse de Toulon (Var), a découvert placardé dans sa résidence à son attention alors qu'elle rentrait de 12 heures de garde, le 30 mars. La journaliste-écrivain Bénédicte le Martin s'en est émue sur Twitter.

La jeune femme a confié à Var Matin s’être écroulée, et a ajouté : «Lorsque ces personnes-là auront besoin de nos soins, j’espère qu’ils se souviendront de ce qu’ils ont fait.»

Des témoignages accablants sur les réseaux sociaux

Même si ces messages sont le fait d’une minorité, ils se sont multipliés dans les immeubles où résident les soignants. Ainsi à Saint-Jean de Luz, au Pays-Basque, deux infirmières habitant dans le même quartier ont eu la désagréable surprise de trouver le même mot d’un corbeau les invitant à déménager. 

L’exclusion de cette personne doit se faire

Le maire UDI de Bayonne, Jean-René Etchegaray, a relayé les faits sur son compte Twitter.

«Idéalement il est vivement demandé à cette personne de déménager aussi vite et loin que possible afin de en pas mettre nos vies en danger», peut-on lire sur ce message non signé, qui conclut par : «Nous avons peur pour nos vies et l’exclusion de cette personne doit se faire.»

Promener votre chien plus loin

Dans la même région à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), le responsable d'une flotte d'ambulances a découvert un mot irrationnel collé sur son pare-brise, le priant de ne pas se garer dans la résidence. 

Les missives de corbeaux essaiment ainsi dans toute la France, comme ici pour prier une jeune infirmière toulousaine d'aller «loger ailleurs» et d'aller promener son «chien plus loin», selon la publication d'une internaute. Son post, qui a provoqué l'émoi des internautes, a été partagé plus de 15 000 fois.

Une soignante chassée par ses propriétaires

Mais un cap dans l’ignominie a été franchi près de Montpellier (Hérault) par les propriétaires d’un appartement occupé par la famille de Méina, une infirmière anesthésiste en réanimation. La soignante avait confiné sa mère âgée et ses filles, dans ce logement en rez-de chaussée, tandis qu'elle s'était installée plus près de l'hôpital. Les propriétaires vivant au premier étage ont coupé l’eau, le chauffage et la télévision de l'appartement, redoutant que la mère de Mélina soit infectée. Ils ont exigé qu’ils partent et que l’étage soit désinfecté.

Selon le journal local La Gazette de Montpellier, ils ont proféré ces phrases  : «On s’en fout que vous attrapiez le virus, que vous en mourriez, mais pas chez nous.» Le ministre du Logement Julien Denormandie a qualifié les faits d'«abjects», et une enquête a été ouverte par le procureur de Montpellier. 

Certains soignants visés par ces lettres anonymes honteuses, bien qu’ébranlés, ont décidé de prévenir les autorités. Lucille, une infirmière habitant à Vulaines-sur-Seine (Seine-et-Marne) a retrouvé dans son courrier une lettre l’incitant à vivre ailleurs. Patrick Chadaillat, le maire de la commune, a demandé au forces de l'ordre et à la police scientifique une analyse afin de détecter de possibles empreintes sur la lettre.

Ces atteintes aux personnel hospitalier sont répertoriées par le syndicat infirmier SNPI CFE-CGC, sous l'entête «soignants pestiférés au quotidien». Heureusement, les messages de solidarité sont en majorité écrasante. 

Face à ces missives, d'autres essaiment spontanément sur les murs des villes des lettres de soutien aux soignants et autres agents publics qui se dévouent durant la pandémie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»