Après des agressions, des vigiles escortent les soignants de l'hôpital Lariboisière à Paris

Après des agressions, des vigiles escortent les soignants de l'hôpital Lariboisière à Paris© Thomas Samson Source: AFP
L'hôpital Lariboisière, à Paris.
Suivez RT en français surTelegram

La direction de l'hôpital Lariboisière, dans le Xe arrondissement de Paris, a recruté des gardes du corps pour accompagner jusqu'aux transports son personnel, harcelé par les toxicomanes du quartier de Gare du Nord.

Certains soignants de l'hôpital Lariboisière se plaignaient d'être agressés, verbalement ou physiquement, par des individus errant dans ce quartier du nord-est parisien. Ils pourront désormais, s'ils le souhaitent, être raccompagnés jusqu'aux stations de métro ou aux gares, de 18h à 22h, par des agents de sécurité embauchés par la direction de l'établissement de santé.

Le quartier, de l'avis de nombreux riverains, est devenu un point de fixation de la toxicomanie et de la vente de drogue. Dans un reportage de BFM TV, plusieurs soignants se disent rassurés par la présence des agents de sécurité recrutés à cet effet. Dans les rues d'ordinaire animées, vidées par le confinement, les soignants représentent des cibles pour les toxicomanes livrés à eux-mêmes, présents en nombre inhabituel.

En effet, l'épidémie a occasionné la fermeture de nombreuses structures d'accueil pour les consommateurs de drogues de Paris. Ils affluent désormais autour de la salle de consommation de drogues à moindre risque du quartier, appelée aussi «salle de shoot», dont l'accueil a été maintenu. Faire la manche ne fonctionnant plus à cause du manque de passants, ce public aux abois devient plus agressif.


Alexandra Cordebard, la maire du Xe arrondissement, s'est félicitée que l'APHP ait décidé d'avoir recours à ces agents de sécurité.

Cependant la syndicaliste et policière Linda Kebbab, déléguée nationale Unité SGP Police FO, s'est indignée de cette situation sur Twitter. Elle a rappelé que les riverains se plaignaient à longueur d'année de l'insécurité du quartier mais qu'aucun policier supplémentaire n'avait été affecté a la zone depuis l'ouverture de la salle de consommation à moindre risque.

De nombreux riverains se sont également offusqués de ce curieux transfert de compétences au secteur privé, accusant les pouvoirs publics et la municipalité d'abandonner la zone. Depuis quelques jours, voisins et collectifs du quartier se plaignent sur Twitter de l'état de déliquescence des abords de l'hôpital. Toxicomanes s'injectant de la drogue au pied des immeubles, attroupés en dépit des règles sanitaires, circulant à proximité des soignant, jetant des immondices : ce triste spectacle est diffusé sur les réseaux sociaux.

Anne Souyris, adjointe à la Santé de la maire de Paris Anne Hidalgo, a reconnu dans le quotidien Le Parisien le 29 mars que la situation était «dramatique». Selon l'élue, plusieurs centres d'accueil de toxicomanes vont rouvrir et des chambres d'hôtels leur seront attribuées.

Lire aussi : Covid-19 : le Conseil d'Etat rejette toutes les requêtes de syndicats de soignants

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix