Coronavirus : l'appel aux dons lancé par Darmanin pour soutenir les entreprises suscite l'ironie

Coronavirus : l'appel aux dons lancé par Darmanin pour soutenir les entreprises suscite l'ironie© Ludovic Marin Source: Reuters
Gérald Darmanin après un conseil des ministres le 18 mars (image d'illustration).

Le ministre des Comptes publics demande aux Français de contribuer à l'effort de solidarité nationale pour faire face aux effets économiques de la pandémie de Covid-19. Ses opposants lui demandent le retour de l'ISF.

Sur son compte Twitter, le ministre du Budget Gérald Darmanin a annoncé le 30 mars sa volonté de mettre les Français à contribution avec un grand projet de dons : «Je lance un grand appel à la solidarité nationale. Une plateforme de dons sera mise en ligne pour permettre à tous ceux qui le peuvent, particuliers ou entreprises, d’apporter leur contribution à l’effort de solidarité de la nation envers les plus touchés.»

L'initiative n'a pas particulièrement plu aux membres de l'opposition, notamment dans les rangs de la France insoumise qui a plaidé pour un retour de l'impôt de solidarité sur la fortune.

Ainsi l'élu de Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel, a ironisé sur Twitter : «Au début j’ai cru que c’était un fake mais non c’est le vrai ministre qui refuse le rétablissement de l’ISF. Avec 3,5 milliards on produit combien de masques, tests, respirateurs, lits dans les hôpitaux ? Même pas besoin de plateforme pour les récupérer, Bercy saura faire.»

Le député insoumis, Ugo Bernalicis, s'est également amusé autour de ce même impôt : «Je comprends pas. On est déjà le 1er avril ? Et dans deux jours on rétablit l'ISF c'est ça ?»

L'avocate militante, Caroline Mecary, particulièrement mobilisée pendant la grève des robes noires, a pour part dénoncé : «Cynique vous êtes, si vous n'aviez pas supprimé l'ISF sur les valeurs mobilières (-3,5 Mds) , maintenu le CICE (40 Mds en 2019) ou crée la Flat tax, l'Etat aurait suffisamment d'argent dans ses caisses et l'hôpital ne serait pas désossé. Vous méritez le premier prix de la tartufferie !»

Le journaliste Alexis Poulin a quant à lui ironisé sur les initiatives précédentes du gouvernement qui ont impliqué des plateformes téléphoniques : «Après les centres d’appel, le gouvernement découvre les cagnottes en ligne. Super.»

D'autres internautes ont, plus classiquement, fait allusion aux ressemblances entre cette initiative du ministre et l'imposition en France : «Gérald Darmanin... à deux doigts d’inventer l’impôt !»

L'ISF, remplacée par l'IFI, pour quel résultat ?

Pour mémoire, le gouvernement français actuel a remplacé l'ISF par l'impôt sur la fortune immobilière. Cette forme d'imposition, issue de la loi de finances 2018, ne concerne que les foyers fiscaux dont le patrimoine immobilier non affecté à l'activité professionnelle est supérieur à 1 300 000 euros au 1er janvier de l’année en cours.

Pour sa dernière année de levée en 2017, l'ISF avait rapporté 5,56 milliards d'euros de recettes à l'Etat alors que que 5,4 milliards étaient attendus, ce qui a été qualifié de «record» par le site Boursier.com.

Selon un article ultérieur de la rubrique «particulier» du Figaro, daté du 4 avril 2019, l'impôt sur la fortune immobilière a quant à lui rapporté 3,2 milliards d'euros de moins à l'Etat l'année suivante. L'article en question appuie d'ailleurs sa démonstration d'un rapport issu du ministère piloté par Gérald Darmanin.

Le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune faisait partie des revendications phares du mouvement des Gilets jaunes et des oppositions de gauche depuis le début de la crise sociale.

Mais le gouvernement a déjà fait part de son refus de revenir sur cet impôt.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»