Qui est Alexandra de Taddeo, cette étudiante russophile au centre du scandale Griveaux ?

Qui est Alexandra de Taddeo, cette étudiante russophile au centre du scandale Griveaux ?© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Rue d'Assas, près de l'Université Paris II Panthéon-Assas où Alexandra de Taddeo poursuivait des études de droit (image d'illustration).

Alors que l'«affaire Griveaux» n'en finit plus de faire les choux gras de la presse, la complice de Piotr Pavlensky Alexandra de Taddeo se voit dépeinte comme une «bourgeoise», «intelligente»... et russophile. De quoi alimenter la théorie du complot?

D'abord occultée par la notoriété de l'artiste d'inspiration actionniste Piotr Pavlensky, la personnalité d'Alexandra de Taddeo, qui a reconnu être la destinataire des sextos de Benjamin Griveaux, est désormais largement dépeinte par la presse française depuis la fin de sa garde à vue. CV, réseaux sociaux, réaction de la famille et déclarations devant les enquêteurs... tout ce qui peut éclairer les motivations de la jeune femme mise en cause par la justice s’étalent dans les colonnes des grands titres. 

La jeune femme originaire de Metz (Moselle), toujours étudiante à 29 ans qui habite depuis une dizaine d'années dans le XVIe arrondissement de Paris, vivrait ainsi «aux crochets de ses parents», selon une «source proche du dossier» citée par l'AFP.

C'est en mai 2018 qu'elle rencontre Benjamin Griveaux, alors porte-parole du gouvernement. Ils s'envoient des messages sur Instagram après s'être mutuellement suivis sur l'application. Selon Le Monde, Alexandra de Taddeo a expliqué ne pas être une escort-girl. Le désormais ex-candidat à la mairie de Paris entame une relation par le truchement de messages et de vidéos, puis rencontre l'étudiante dans l'appartement de celle-ci. Elle serait sortie «pas contente» de ce rendez-vous, selon des propos de Piotr Pavlensky à L'Obs.

Exhumée elle aussi par la presse, une interview de l'artiste russe controversé au New York Times en juillet 2019, dans laquelle il la décrit comme son «antithèse» et une «icône de la prudence bourgeoise». Quant aux parents de la mise en examen, ils n’excluent pas selon Franceinfo que leur fille ait été «manipulée» par l'artiste, un garçon qui n'est pas leur «tasse de thé».

Le Figaro qui a pu consulter son compte sur le réseau social LinkedIn avant sa disparition, précise que la jeune femme était à la fois inscrite à Sciences Po Toulouse et poursuivait parallèlement des études de droit à l'Université Paris II Panthéon-Assas. Contacté parLe Parisien, Yves Surel, professeur à Paris II parle d'elle comme «une étudiante intelligente».

Une passion suspecte pour la Russie pour certains journalistes

Parmi les centres d'intérêts de l’étudiante, un aspect semble retenir tout particulièrement l'attention des journalistes : sa passion supposée pour la Russie.

Le Parisien affirme que l'intéressée parle cinq langues, dont le russe, qu'elle ne le maîtrise «pas parfaitement», selon Le Monde. Autres éléments largement relayés, un mémoire à Paris II sur «La politique étrangère de la Fédération de Russie à l'égard de l'Arctique» et l'interview menée en 2017 du deuxième secrétaire à l’ambassade de Russie Alexandre Makogonov [à qui elle aurait notamment parlé des Pussy Riot ou encore de Piotr Pavlensky] sur Fréquence protestante. 

De là à penser à un complot russe derrière l'affaire Griveaux, il n'y a qu'un pas, que certains semblent sur le point de franchir.  

«La piste russe devient plus visible», a estimé l'essayiste et journaliste franco-russe Galia Ackerman au vu de ces nouveaux éléments sur Twitter le 17 février. «Quant on dit machination ça ne veut pas dire que monsieur Poutine a donné l'ordre de nuire à Benjamin Griveaux», a précisé tout de même sur LCI cette opposante au président russe, «mais il y a toute une machine qui agit et je dois dire que malgré tout, bien que Emmanuel Macron ait fait des pas pour se rapprocher de la Russie [...] il faut comprendre qu'il ne reste pas un interlocuteur idéal pour le pouvoir russe.»

La question de ses liens avec la Russie aurait d'ailleurs été franchement posée a la jeune femme par les enquêteurs en garde-à-vue, selon Le Monde.  

«J’entends beaucoup parler de Russie dans cette affaire... après voilà j'ai pas d'élément pour porter d'accusation contre qui que ce soit, on peut cependant toujours se poser la question quand il y a un délit ou un crime à qui ça profite», déclarait déjà en direct sur France 5 dès le 14 février l'avocat de Benjamin Griveaux Richard Malka dans l'émission C à vous

«Dans cette affaire trouble, tout est possible [...] Une manipulation de Juan Branco par narcissisme, comme une manipulation plus grande. Benjamin Griveaux est en procédure judiciaire avec des organes russes comme Russia Today», pouvait-on encore lire le 17 février dansLe Parisien, citant l'entourage de l'ancien candidat à la mairie de Paris. 

Autre élément ayant exacerbé la théorie du complot russe, les déclarations du président qui a qualifié la Russie d'acteur «extrêmement agressif» de la déstabilisation des démocraties occidentales. «Je pense que la Russie continuera à essayer de déstabiliser [les pays occidentaux], soit [via] des acteurs privés, soit directement des services, soit des "proxies», avait déclaré Emmanuel Macron depuis Munich le 15 février.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»