Les Européens doivent proposer «un agenda international de maîtrise des armements», estime Macron

Les Européens doivent proposer «un agenda international de maîtrise des armements», estime Macron© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Le président français Emmanuel Macron.

Lors d'un discours sur la stratégie de défense et de dissuasion nucléaire de la France, Macron a dit souhaiter que les Européens proposent «ensemble un agenda international de maîtrise des armements», alors que le traité FNI est désormais obsolète.

Ce 7 février, à l'occasion d'un discours à Paris sur la stratégie de défense et de dissuasion nucléaire du pays, Emmanuel Macron a appelé les Européens à proposer «un agenda international de maîtrise des armements», dans un contexte notamment marqué par le retrait unilatéral, en août dernier, des Etats-Unis du FNI (Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, signé en 1987 avec l'URSS). 

«La France mobilisera les partenaires européens les plus concernés, afin de poser les bases d’une stratégie internationale commune que nous pourrons proposer dans toutes les enceintes où l’Europe est active», a déclaré le chef de l'Etat. «Soyons clairs : si une négociation et un traité plus large [sont] possibles, nous le souhaitons [...]. Les Européens doivent être partie prenante et signataires du prochain traité car il s'agit de notre sol» qui est concerné et menacé, a-t-il martelé.

Avant d'alerter : «Les Européens doivent collectivement prendre conscience que, faute de cadre juridique, ils pourraient se trouver rapidement exposés à la reprise d’une course aux armements conventionnels, voire nucléaires, sur leur sol. Ils ne peuvent pas se cantonner à un rôle de spectateurs.»

«Stabilité» de l'Europe : Emmanuel Macron réitère la nécessité d'impliquer la Russie 

Il a ce sujet vanté le «bilan exemplaire» de la France en matière de désarmement : «[La France] a un bilan unique au monde, conforme à ses responsabilités comme à ses intérêts, ayant démantelé de façon irréversible sa composante nucléaire terrestre, ses installations d’essais nucléaires, ses installations de production de matières fissiles pour les armes, et réduit la taille de son arsenal, aujourd’hui inférieure à 300 armes nucléaires», s'est-il félicité. 

Dans ce sillage, il a exhorté les Européens à développer une «plus grande capacité d'action» face aux désordres mondiaux, en prenant part pleinement aux futures négociations sur le contrôle des armements et en s'associant à un «dialogue stratégique» sur le rôle de la dissuasion nucléaire française.

Emmanuel Macron avait évoqué, fin novembre, la nécessité de construire une nouvelle architecture de sécurité en Europe en y intégrant la Russie. Le président français avait souligné à ce titre que l'absence de dialogue avec Moscou n'avait pas rendu «le continent européen plus sûr».

L'objectif principal de ma démarche à l'égard de la Russie, c'est l'amélioration des conditions de la sécurité collective et de la stabilité de l'Europe

Un dialogue avec la Russie qu'il a de nouveau, ce 7 février, appelé de ses vœux : «L'objectif principal de ma démarche à l'égard de la Russie, c'est l'amélioration des conditions de la sécurité collective et de la stabilité de l'Europe. Ce processus s'étalera sur plusieurs années, il demandera patience et exigence et il sera conduit avec nos partenaires européens. Mais nous n'avons aucun intérêt à déléguer un tel dialogue ou à nous enfermer dans la situation actuelle.»

Lire aussi : Course aux armements : Poutine met en garde contre une non-reconduction du traité Start en 2021

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»