Amende contre Jérôme Rodrigues : Jean-Luc Mélenchon traite le préfet Lallement de «psychopathe»

Amende contre Jérôme Rodrigues : Jean-Luc Mélenchon traite le préfet Lallement de «psychopathe»
Vidéo
Jean-Luc Mélenchon et Jérôme Rodrigues, le 10 décembre 2019 à Paris (image d'illustration).

Le chef de file des Insoumis a violemment critiqué le préfet de Paris en raison de l'attitude des forces de l'ordre envers Jérôme Rodrigues en marge de l'acte 64 des Gilets jaunes. Cette figure du mouvement conteste une amende reçue le jour même.

Jean-Luc Mélenchon a employé, le 1er février sur Twitter, des mots cinglants à l'encontre du préfet Didier Lallement : «La persécution acharnée contre Jérôme Rodrigues est une violence délibérée de Lallement, préfet psychopathe de Paris, chef de l’"autre camp"». Le leader de La France insoumise évoque «l'autre camp» en écho à une déclaration du préfet de police de Paris, qui avait expliqué le 17 novembre 2019, devant les caméras, à une Parisienne, ne pas se trouver «dans le même camp» que les Gilets jaunes.

Le député des Bouches-du-Rhône protestait ainsi après avoir entendu l'une des figures des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, expliquer le même jour à RT France, en marge de l'acte 64, qu'il venait de se faire verbaliser pour avoir été présent dans une avenue qui serait interdite aux manifestants :

«Je dis "merde" à Monsieur Lallement. Les mecs me courent après, pour m'arrêter, me disant : "Monsieur Rodrigues, s'il vous plait, contrôle d'identité." Ils savent qui je suis ! [...] Ils viennent me contrôler... Soi-disant que [l']avenue de Tourville – là où ils m'ont arrêté – est dans un truc interdit. C'est nullement stipulé dans l'arrêté, ils ont mis une amende à un endroit où j'ai le droit de me balader !»

Visiblement excédé, Jérôme Rodrigues s'est ensuite directement adressé à monsieur Lallement, accusé selon lui, d'avoir «détruit [sa] vie, détruit [sa] vue, ruiné [sa] vie» : «Vous pouvez faire ce que vous voulez, me mettre en prison, je suis un pu**** d'opposant politique et je vais vous emmerder toute votre vie !» «Vous ne serez pas [toujours] accompagné de 300 policiers, [...] Un jour, vous croiserez le regard que vous avez à jamais mutilé», a également prévenu Jérôme Rodrigues.

Celui-ci a réitéré son avertissement quelques heures plus tard sur Twitter : «Je fais le serment qu’un jour je regarderai droit dans l’œil l’ensemble des barbares qui ont détruit ma vie ! Vous n’aurez pas toujours 300 flics autour de vous et le monde est petit.»

Lire aussi : Acte 64 des Gilets jaunes : à Toulouse, les forces de l'ordre interviennent dans une église

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»