Philippe Poutou, figure de l'extrême gauche, licencié par Ford après 20 ans de service

Philippe Poutou, figure de l'extrême gauche, licencié par Ford après 20 ans de service© Philippe Wojazer Source: Reuters
Philippe Poutou a été candidat du NPA pour l'élection présidentielle de 2012 (1,15 % des voix) et à la présidentielle de 2017 (1,09 % des voix) (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dans un tweet, l'ancien candidat à la présidentielle Philippe Poutou a annoncé que Ford était parvenu, à travers une «autorisation administrative», à le licencier de l'entreprise. Il dénonce également le licenciement de syndiqués.

Ford se sépare de l'un des militants les plus emblématiques de l'extrême gauche française. L'ouvrier Philippe Poutou, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, a annoncé dans un tweet qu'il venait de recevoir le 31 janvier «l’autorisation administrative» en vue de son licenciement après 20 ans de service. Une entreprise a en effet besoin d'une autorisation de l'inspection du travail pour licencier un salarié, normalement protégé par un mandat, Philippe Poutou étant délégué syndical CGT pour l'usine de Blanquefort. Celle-ci a été fermée le 1er octobre 2019.

Il s'en est également pris dans ce tweet au Premier ministre Edouard Philippe : «Et bien moi, contrairement au 1er ministre Edouard Philippe, si je suis élu maire de Bordeaux, je ne resterai pas ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort (ah merde, je viens de recevoir aujourd’hui l’autorisation administrative de mon licenciement).»

Candidat à la mairie de Bordeaux, Philippe Poutou s'est aussi offusqué des licenciements, eux aussi autorisés par l'inspection du travail, de salariés «protégés par un mandat syndical» : «Après les licenciements des salariés de Ford, il restait encore les "salariés protégés" par un mandat syndical. Ford est bénéficiaire, le site est rentable, l’inspecteur du travail a néanmoins autorisé le licenciement économique de plusieurs militants.»

Philippe Poutou travaillait depuis 1999 à l'usine Ford de Blanquefort.

Lire aussi : Ford souhaite la fermeture d'une usine de Gironde : un choix «incompréhensible» pour Le Maire

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix