Municipales à Paris : la «bataille du rail» a commencé entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani

- Avec AFP

Municipales à Paris : la «bataille du rail» a commencé entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Des voyageurs patientent sur une plateforme à la gare du Nord lors d'une grève de la RATP et de la SNCF contre la réforme des retraites du gouvernement français à Paris, le 24 janvier 2020 (image d'illustration).

«Central Park parisien», déplacer le trafic des Eurostar et Thalys, associer davantage la banlieue… A quelques semaines des municipales, deux candidats à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux et Cédric Villani, s'affrontent sur les gares.

Engagés dans une lutte fratricide pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, candidat officiel de La République en Marche (LREM), et Cédric Villani, entré en dissidence, s'affrontent désormais aussi sur le terrain du ferroviaire, avec des projets différents pour l'avenir de deux grandes gares parisiennes.

Dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD), Benjamin Griveaux propose de déménager la gare de l'Est aux portes de la capitale ou en banlieue, par exemple porte de la Villette, libérant ainsi 30 hectares pour créer un «Central Park parisien».

Quelques heures avant la publication de l'entretien, Cédric Villani a dégainé sa propre proposition auprès de l'AFP : déplacer le trafic des Eurostar et Thalys, qui desservent notamment Londres et Bruxelles, de la gare du Nord à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Distantes de quelques centaines de mètres seulement dans le nord-est de Paris, les deux gares deviennent un nouveau sujet de discorde entre les deux marcheurs, qui ont échoué jusque-là à s'entendre pour tenter de détrôner la maire socialiste Anne Hidalgo à l'occasion des municipales du mois de mars.

Un rapprochement entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani, respectivement à la troisième et cinquième places dans le dernier sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio, n'est toujours pas à l'horizon. «On n'a jamais vu le candidat en tête rallier son challenger», prévient l'ancien porte-parole du gouvernement au JDD, tandis que son rival mathématicien, qui devrait être reçu par Emmanuel Macron ce 26 janvier, selon son entourage, s'époumone à dire qu'il ira «jusqu'au bout».

Le recyclage d'idées, ou comment faire du neuf avec du vieux

«Si elle disposait de ces 30 hectares, Anne Hidalgo bétonnerait sans doute. Moi, je ne construirai pas : j'y planterai une forêt», assure le candidat LREM au JDD, dénonçant la «politique B& B, bitume et béton» de la maire PS sortante.

Les deux candidats s'accordent également sur l'importance d'associer davantage la banlieue et la région Île-de-France dans leurs décisions.

Le projet de la gare de l'Est avait été proposé au moment de l'atelier du Grand Paris lancé sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Cette proposition a plus de dix ans d'âge

Déplacer la gare du Nord à Saint-Denis Pleyel, qui doit devenir la plus grande gare du Grand Paris Express d'ici 2030, permettra, selon le lauréat de la médaille Fields, «d'assurer le développement économique de la Seine-Saint-Denis», département le plus pauvre de la France métropolitaine.

«Veut-on vraiment développer les transports et l'activité économique hors de l'hypercentre, rééquilibrer l'est et l'ouest ? Chiche !», abonde Benjamin Griveaux.

Mais voilà, les deux candidats ne sont pas d'accord sur le choix de la gare. «La gare de l'Est n'est pas le sujet prioritaire. La question est de savoir comment on allège le flux qui arrive à la gare du Nord», concernée par un projet controversé de rénovation et d'agrandissement, fait valoir Cédric Villani. Pire, si son projet s'avérait trop difficile à réaliser, son équipe plaide pour «déménager Eurostar à gare de l'Est», celle que son rival cherche justement à déplacer.

Adjoint d'Anne Hidalgo en charge de l'Urbanisme, Jean-Louis Missika compte les points et se montre sévère avec l'ancien porte-parole du gouvernement : «Le projet de la gare de l'Est avait été proposé au moment de l'atelier du Grand Paris lancé sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Cette proposition a plus de dix ans d'âge», a-t-il affirmé à l'AFP.

«L'idée que l'Eurostar ait un terminal à Pleyel, c'est intéressant, et nous l'avons déjà dit», ajoute-t-il. Et de continuer : «Mais dans les deux cas, ça ne peut pas être le ou la maire de Paris qui prend une décision comme celle de déménager une gare. Cela relève de la SNCF et du ministère des Transports.»

Lire aussi : Le Macron-compatible Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature pour soutenir Benjamin Griveaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»