«Mensonge et déception» : des professeurs proposent une «rupture conventionnelle» à Blanquer

«Mensonge et déception» : des professeurs proposent une «rupture conventionnelle» à Blanquer© STR / AFP Source: AFP
Manifestation contre la politique menée par Jean-Michel Blanquer, le 17 juin 2019, à Paris. (Photo d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

A Brest, 80 professeurs ont mené, le 13 janvier, une action symbolique pour fustiger la politique menée par Jean-Michel Blanquer. Ils pointent du doigt la rupture conventionnelle expérimentée dans la fonction publique depuis le 1er janvier.

Ils dénoncent «les ravages humains, sociaux», provoqués par l'«idéologie libérale» du gouvernement. Ce 13 janvier, près de 80 enseignants bretons se sont réunis devant l'antenne de l'Inspection académique à Brest (Finistère), rapporte le quotidien régional Le Télégramme. Objectif : proposer à Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education, une «rupture» de son contrat. 

Employé comme ministre depuis le 17 mai 2017, votre action rime avec mensonge et déception

«Employé comme ministre depuis le 17 mai 2017, votre action rime avec mensonge et déception. Les ravages humains, sociaux, provoqués par votre idéologie libérale sont criants. Constatant votre échec, nous proposons donc une rupture conventionnelle de votre contrat, dans le cadre du décret n°2019-1593 du 31 décembre 2019», pouvait-on lire sur leur affiche.

Une action symbolique

Cette action, teintée d'ironie, est symbolique : outre leur opposition à la réforme des retraites, ces enseignants brestois entendaient exprimer leurs craintes concernant la rupture conventionnelle, rendue possible depuis le 1er janvier 2020 dans le cadre de la loi Dussopt dans la fonction publique, à titre expérimental. Les employés des «trois fonctions publiques» (fonction publique d’Etat, fonction publique territoriale et fonction publique hospitalière) peuvent y avoir recours, jusqu'au 31 décembre 2025.

«On a peur que ce soit une manière de déguiser des licenciements, comme cela se fait dans le privé», explique au Télégramme un représentant syndical SUD Education.

Selon certains syndicats, la rupture conventionnelle est une atteinte au statut de fonctionnaire. «La loi dite de "transformation de la fonction publique" est une attaque frontale contre le statut de fonctionnaire. La loi prévoit ainsi de nouveaux contrats à durée déterminée non renouvelables, ne permettant ni l’accès au CDI, ni à la titularisation», écrit SUD Education.

«La rupture conventionnelle n’est pas autre chose qu’un licenciement déguisé : l’agent démissionne en échange d’une indemnité, en ne bénéficiant au cours de la procédure que d’une protection syndicale minimale», ajoute le syndicat, pour qui il s'agit d'un «instrument de plus au service d’une politique managériale visant à briser les solidarités collectives», ajoute le syndicat.

Dans les faits, les démissions de l'Education nationale restent marginales. Pour autant, entre 2012 et 2016, les démissions de stagiaires ont augmenté de 209%, selon le dernier bilan social de l’Education nationale publié en juin 2019.

Lire aussi : Suicide d'une directrice d'école : des milliers de personnes défilent à Bobigny

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix