«Age pipeau !» Un syndicaliste interrompt une journaliste sur la réforme des retraites (VIDEO)

«Age pipeau !» Un syndicaliste interrompt une journaliste sur la réforme des retraites (VIDEO)© ERIC FEFERBERG Source: AFP
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, à Matignon, en présence d'Edouard Philippe, dont il a récemment salué l'initiative de retirer l'âge pivot de la réforme des retraites (image d'illustration).

Sur LCI, un syndicaliste CGT RATP s'est irrité du fait que la journaliste mette trop en avant, selon lui, l'âge pivot, sur lequel le gouvernement s'est dit prêt à revenir provisoirement. Il a mis en avant son opposition au système par points.

Lors d'une intervention en duplex le 12 janvier à l'antenne de LCI, le syndicaliste CGT RATP Bus Olivier Terriot s'est exprimé sur l'état d'esprit des grévistes au lendemain de la lettre d'Edouard Philippe adressée aux organisations syndicales dans laquelle ce dernier s'est dit prêt à revenir provisoirement sur «l'âge d'équilibre», plus communément évoqué sous l’appellation «âge pivot», qui figurait initialement dans la réforme des retraites portée par le gouvernement.

Je suis désolé de vous couper, mais c'est insupportable dans les médias que vous mettiez en avant cet âge pipeau

C'est justement à ce sujet que la journaliste interroge son interlocuteur, en soulignant que le retrait de l'âge pivot, «au cœur du projet d'Edouard Philippe», avait été salué par la CFDT et l'UNSA. «Arrêtez, arrêtez de nous dire ça! C'est un âge pipeau. Je suis désolé de vous couper, mais c'est insupportable dans les médias que vous mettiez en avant cet âge pipeau. Depuis le départ on veut le retrait de la réforme par points. Recentrez les débats sur cette réforme qui va appauvrir les pensionnés et qui va ouvrir les retraites à des systèmes de pension et qui va nous amener à un système américain. Notre système solidaire on y tient pour l'ensemble des Français, l'âge pipeau on s'en contrecarre !»

Qu'est-ce que l'âge pivot ?

Le concept d'âge pivot correspond à l'âge auquel un salarié pourrait partir en retraite à taux plein. Un mécanisme selon lequel un départ à la retraite anticipé provoquerait alors un malus irréversible pour le retraité concerné qui, à l'inverse, pourrait bénéficier d'un bonus pour ses pensions à venir, dans le cas d'un départ en retraite pris après l'âge d'équilibre. Celui-ci, dans le cadre de la réforme initialement portée par le gouvernement, aurait pu voir le jour en 2022, alors fixé à 62 ans, avant d'augmenter de quatre mois tous les ans, pour arriver à 64 ans en 2027.

Une réforme contestée à plusieurs niveaux

Au-delà du concept d'âge d'équilibre susmentionné, d'autres dimensions de la réforme sont dans le collimateur de ses opposants. En premier lieu, la transition vers un système par points fait l'objet de tous les débats. 

D'aucuns s'inquiètent en effet de cotisations transformées en points selon une valeur d’achat. «Dans le régime général de la Sécurité sociale [...] le droit à la retraite du salarié et le montant de sa pension sont liés au salaire (à la qualification) et aux droits acquis durant toute sa vie active. Avec le système "universel" de Macron, on n’aurait plus aucun droit [...] La valeur fluctuante du point s’appliquera à tous les retraités : le taux de remplacement (pension/salaire) diminuera pour toute augmentation de l’espérance de vie», dénonce par exemple un bulletin intitulé «L’arnaque des retraites par points», publié au mois de décembre 2019 sur le site militant «L'insurgé».

En outre, des dispositions mises en avant dans le texte de la réforme ont été analysées par certains observateurs circonspects. Citant par exemple un chiffrage des services de l’AGIRC-ARRCO (le système français de retraite complémentaire des salariés), l'Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens CGT évoquait au mois de décembre la perte considérable de ressources qu'une telle réforme pourrait faire peser sur le système de retraites envisagé par le gouvernement, affirmant dans un communiqué daté du 18 décembre : «l’étude démontre que le manque à gagner en termes de cotisations serait de près de 4,8 milliards en moyenne annuelle, soit en cumulé de 2025 à 2040 de plus de 71 milliards d’euros».

Lire aussi : «Manque à gagner de 71 milliards», «retraite par capitalisation» : la face cachée d'une réforme ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»