Suicide d'une directrice d'école : des milliers de personnes défilent à Bobigny

Suicide d'une directrice d'école : des milliers de personnes défilent à Bobigny© Thomas SAMSON Source: AFP
La manifestation du 3 octobre 2019 à Bobigny.

A Bobigny, des milliers de manifestants se sont rassemblés afin de rendre hommage à une directrice d'école qui s'est suicidée dans son établissement, à Pantin, après avoir dénoncé les pressions et ses conditions de travail dans plusieurs lettres.

«Combien de Christine Renon devront donner leur vie ?» : tel était l'un des slogans de la mobilisation à Bobigny le 3 octobre, rassemblant des milliers de personnes, le jour des obsèques de la directrice d'école Christine Renon. Celle-ci s'était suicidée le 21 septembre dans son école, à Pantin, après avoir dénoncé les pressions subies et ses conditions de travail dans une lettre.

On peut tous se reconnaître dans la lettre de Christine

Sur une pancarte en carton, Isabelle, enseignante à Clichy-sous-Bois venue protester devant les locaux de l'Education nationale de Seine-Saint-Denis, a simplement inscrit : «Je suis Christine Renon.» «On peut tous se reconnaître dans la lettre de Christine. Nos conditions de travail sont exécrables, c'est pour ça qu'on a du mal à recruter en Seine-Saint-Denis. Le geste qu'elle a fait, tout le monde pourrait le faire», dit-elle, tremblante, au milieu de centaines de directeurs, enseignants et parents d'élèves.

«Blanquer démission !» Durant la manifestation, nombreux ont crié leur colère contre le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Selon eux, le ministre est coupable d'entretenir des conditions de travail de plus en plus déplorables au sein de l'Education nationale. Présent dans le cortège, le député de La France insoumise Alexis Corbière a estimé que le geste de Christine Redon avait «une dimension collective dans ce que vivent les gens».

Le 23 septembre au petit matin, la gardienne de l'école Méhul à Pantin avait découvert le corps de cette femme de 58 ans dans le hall de l'établissement. Deux jours plus tôt, juste avant de se donner la mort, cette directrice décrite comme «hyper investie» avait pris le soin d'adresser à une trentaine de ses collègues une lettre de trois pages dans laquelle elle détaillait «son épuisement», la solitude des directeurs, l'accumulation de tâches «chronophages» ainsi que les réformes incessantes et contradictoires.

Lire aussi : Nouveau suicide dans l'Education nationale : les enseignants tirent encore la sonnette d'alarme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»