«Il n'y a plus de motif à la grève» : Gérard Larcher appelle les syndicats à cesser le «blocage»

«Il n'y a plus de motif à la grève» : Gérard Larcher appelle les syndicats à cesser le «blocage»© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP Source: AFP
Gérard Larcher à Ajaccio, le 15 août 2019.

Sur Europe 1, le président LR du Sénat a appelé les syndicats à cesser la grève. Selon lui, la contestation contre la réforme des retraites n'a plus lieu d'être depuis que le Premier ministre a fait savoir qu'il était prêt à abandonner l'âge pivot.

Invité du Grand Rendez-Vous d'Europe 1, le président du Sénat n'a pas caché son opposition aux grèves contre la réforme des retraites, depuis l'annonce d'Edouard Philippe d'un éventuel retrait de l'âge pivot, sous conditions. Selon Gérard Larcher, «aujourd’hui, après la décision de compromis, il n’y a plus de motif à la grève parce qu’il n’y a plus de réforme».

En clair, le président Les Républicains (LR) de la Chambre haute du Parlement appelle les syndicats à penser aux gens «qui galèrent au quotidien et à l'économie». Comprenez : à stopper la grève. «L'enjeu ne mérite plus ce grand blocage» car «il va rester une réforme à points qui ne sera même pas universelle», argumente Gérard Larcher.

A propos de la conférence de financement, proposée par le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, Gérard Larcher estime que «c'est une bonne idée» qui reste à définir. «Il faudra qu'on nous dise les réalités du financement», ajoute-t-il. 

Larcher demande aux Français de travailler plus longtemps

Lors de cette interview, le sénateur LR en a néanmoins profité pour tacler le gouvernement. Pour lui, il a commis «une faute originelle» sur cette réforme «en décidant de ne pas parler de l’âge légal» de départ. 

Comme plusieurs personnalité à droite, le président du Sénat veut repousser l'âge de départ à la retraite. Son argument : «Je ne veux pas tromper les générations futures», explique-t-il. «Je suis pour sauver le système par répartition. Et ne pas le conduire à l'équilibre, c'est à terme le conduire vers un système par capitalisation, totalement inégalitaire», ajoute-t-il.

Le 11 janvier, dans une lettre aux organisations patronales et syndicales, le Premier ministre Edouard Philippe avait déclaré : «Pour démontrer ma confiance envers les partenaires sociaux, et ne pas préjuger de l'issue de leurs travaux concernant les mesures à prendre pour atteindre l'équilibre en 2027, je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j'avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d'équilibre de 64 ans en 2027».

Ce retrait se ferait sous certaines conditions : le Premier ministre propose qu'une «conférence de financement» soit réunie avec les partenaires sociaux pour «proposer les mesures permettant d'atteindre l'équilibre financier en 2027». Le chef du gouvernement propose que cette conférence, réclamée par la CFDT, soit animée par Jean-Jacques Marette, ancien directeur général de l'Agirc-Arrco. Faute d'accord d'ici «la fin du mois d'avril 2020», le gouvernement prendra par ordonnance les mesures nécessaires pour atteindre cet équilibre en 2027, indique la lettre.

Cette annonce n'a pas convaincu les syndicats CGT, FO, la FSU, Solidaires, la CFE-CGC et trois organisations de jeunesse, qui ont appelé à «organiser des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire, en rejoignant massivement par la grève le mouvement le 14 janvier». L'intersyndicale a enjoint à «poursuivre les actions et la mobilisation le 15 et à faire du 16 une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations».

Lire aussi : 38e jour de grève, 61e acte des Gilets jaunes : nouvelle journée de mobilisation dans la rue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»