Le Conseil de l'Europe note des «zones grises» dans la lutte contre la corruption en France

- Avec AFP

Le Conseil de l'Europe note des «zones grises» dans la lutte contre la corruption en France© CHRISTIAN HARTMANN / POOL Source: AFP
Emmanuel Macron et Edouard Philippe dans le colimateur du Conseil de l'Europe ? (Image d'illustration).

Le Groupe d'Etats contre la corruption (Greco) du Conseil de l'Europe a pointé la persistance en France de «zones grises» dans la lutte contre la corruption et appelé Paris à plus d'efforts pour prévenir la corruption «au sein de l'exécutif».

Le Conseil de l'Europe exige le 9 janvier «plus de transparence» entre l'exécutif français et les lobbys. «L'attente croissante des citoyens quant à l'exemplarité des membres de l'exécutif [...] est palpable en France», insiste dans son dernier rapport de 71 pages l'organe anti-corruption du Conseil de l'Europe, basé à Strasbourg, le Groupe d'Etats contre la corruption (Greco). Pourtant, des «zones grises où des efforts supplémentaires sont nécessaires» demeurent, en dépit d'évolutions «positives», comme les créations de l'Agence française anticorruption (AFA), de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ou encore celle du parquet national financier, relève le rapport.

«Une plus grande transparence s'impose», notamment en ce qui concerne les «contacts entre l'exécutif et les groupes d'intérêts afin que leur influence [sur les décisions] soit plus claire», estime le Greco, qui préconise que «les membres de l'exécutif, y compris le président de la République, [fassent] état publiquement et à intervalles réguliers des lobbyistes rencontrés et des questions abordées».

Le Greco salue l'adoption récente d'un plan de détection et de prévention des risques de corruption «au sein des ministères» mais recommande son extension «au cabinet du Président de la République [...], pas exempt de risques de corruption».

Les déclarations de patrimoine et d'intérêts du président de la République devraient également être «examinées à son entrée en fonction afin de désamorcer tout éventuel conflit d'intérêts», suggère le rapport, selon lequel les ministres soupçonnés de corruption ne devraient plus être jugés par la Cour de justice de la République, «composée pour moitié de parlementaires», mais par «une autre juridiction [...] indépendante et impartiale».

Le Greco appelle «à l'élaboration d'une stratégie globale de prévention de la corruption» au sein de la police et de la gendarmerie, avec des «contrôles de sécurité» organisés tout au long des carrières afin d'évaluer la «situation personnelle» des agents susceptible de les rendre «plus vulnérables» à la corruption.

Selon le rapport, la législation française sur la protection des lanceurs d'alerte devrait également être améliorée, la pratique ayant montré que sa mise en œuvre était «complexe» et «pas entièrement efficace».

Composé de 48 Etats européens plus les Etats-Unis, le Greco a été créé en 1999 pour améliorer la capacité de ses membres à lutter contre la corruption.

Lire aussi : Elisabeth Borne a-t-elle omis de déclarer à la HATVP son poste au sein d’un lobby ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»