Réforme des retraites : une maternité nantaise partiellement évacuée à cause des gaz lacrymogènes ?

Réforme des retraites : une maternité nantaise partiellement évacuée à cause des gaz lacrymogènes ?© Loic VENANCE Source: AFP
Des manifestants devant le CHU de Nantes le 17 décembre 2019.
Suivez RT France surTelegram

Les forces de l'ordre ont repoussé les manifestants à proximité d'une maternité. Selon Ouest France, une trentaine de patientes auraient dû changer de chambre à cause des gaz lacrymogènes, remontés jusque dans les locaux du CHU.

En marge des manifestations contre la réforme des retraites, Ouest France informe qu'une maternité de Nantes aurait été en proie à des nuages de gaz lacrymogènes envoyés par les forces de l'ordre. Celles-ci ont en effet tenté de disperser les manifestants et les ont repoussés jusqu'à proximité du CHU.

Une trentaine de patientes à l'intérieur de l'établissement auraient été incommodées par les gaz. D'après le journal, citant une source interne, «les patientes d’une dizaine de chambres dédiées aux grossesses pathologiques ont été incommodées». «Au 3e étage, il a fallu encore déplacer une dizaine de chambres car les effets du gaz, malgré les fenêtres fermées, étaient trop prégnants», poursuit Ouest France.

Sur Twitter, des images montrent les forces de l'ordre faire usage de gaz lacrymogène à hauteur du CHU.

La sénatrice socialiste de Loire-Atlantique Michelle Meunier s'est scandalisée sur Twitter de «cette mise en danger [...] odieuse».

Dans un communiqué, la parlementaire s'est aussi indignée de constater «une nouvelle disproportion de la réponse policière aux mouvements de foule». «Cette violence publique de moins en moins légitime éloigne nos concitoyens des forces de police et de gendarmerie, elle cultive l’incompréhension, voire attise une haine envers ces fonctionnaires qui n’est pas de nature à apaiser le climat social», ajoute-t-elle.

Le 18 décembre, la direction du CHU, dont les propos ont été relayés par LCI, a expliqué qu'«aucune évacuation de parturientes à la maternité» n'avait eu lieu. «Quelques parturientes dont les chambres donnent sur le boulevard Jean Monnet ont été incommodées lors du passage de la manifestation – odeur de feu de poubelles et de lacrymogènes. Elles se sont momentanément déplacées dans les espaces communs», a poursuivi la même source.  

Lire aussi : Un nourrisson a-t-il inhalé du gaz lacrymogène lors de la Fête des Lumières à Lyon ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix