Rennes : un bar où étaient réunis des rédacteurs d'un média conservateur attaqué

Rennes : un bar où étaient réunis des rédacteurs d'un média conservateur attaqué© THOMAS BREGARDIS Source: AFP
Une vue du centre de Rennes (Image d'illustration).

Selon Ouest-France, une vingtaine de personnes cagoulées s'en sont pris à un bar dans la ville de Rennes. Ils ont voulu cibler des rédacteurs et des sympathisants d'un journal étudiant se revendiquant de la droite conservatrice.

Le 27 novembre, vers 20h30, la terrasse d'un bar dans le centre historique de Rennes, le Webb Ellis, a été prise pour cible par un groupe d'une vingtaine de personnes cagoulées, selon Ouest-France le 28 novembre. Il s'agirait d'un groupe de militants antifascistes, selon France bleu. Selon des sources, ils visaient des rédacteurs et des sympathisants d'un journal étudiant, L’Etudiant libre, se revendiquant de la droite conservatrice «mais pas d'extrême droite». Ce mensuel aurait été l'un des partenaires de la convention de la droite du 28 septembre, à laquelle participaient Eric Zemmour, Marion Maréchal ou Robert Ménard.

D'après le quotidien régional, les agresseurs auraient notamment projeté des chaises sur la façade de l’établissement, utilisé une bombe lacrymogène, ainsi qu’un produit liquide ammoniaqué. L'Etudiant libre a relayé une brève vidéo de l'altercation.

Ouest-France a rencontré un témoin de la scène et «animateur du journal» Guy-Alexandre, 20 ans, qui explique : «Quelques heures avant, j’avais eu vent qu’il pouvait y avoir potentiellement des antifas, mais je pensais sincèrement que s’ils venaient, ils allaient seulement crier à 30 mètres du bar, car L’Etudiant libre n’est pas leur combat.» Il assure qu'il s'agissait pour le journal «d'un rendez-vous convivial, le premier depuis la rentrée» et qu'ils étaient une «vingtaine» au bar.

Lui aussi contacté par Ouest-France, l'un des responsables de l'établissement rassure : «Rien n’a été abîmé. Ce n’était pas bien méchant.» Néanmoins, selon le quotidien, un participant de la soirée de L’Etudiant libre a été blessé au visage. Un membre de L’Etudiant libre a affirmé à France bleu qu'il aurait reçu de l'ammoniaque dans l’œil. Le site internet du journal étudiant condamne dans une tribune une «tentative d’intimidation ridicule et lâche [qui] dénote, comme toute volonté de censure, un esprit de fuite chez celui qui les emploie».

Lire aussi : Heurts entre antifas et militants du syndicat La Cocarde étudiante à l’université de Nanterre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»