Soldats morts au Mali : un compte Twitter de la CGT fait polémique en parlant de «colonialisme»

Soldats morts au Mali : un compte Twitter de la CGT fait polémique en parlant de «colonialisme»© Benoit Tessier/File Photo Source: Reuters
Un soldat français devant un hélicoptère NH90 Caïman, dans le cadre de l'opération Barkhane à Ndaki (Mali) en juillet 2019 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Le compte Twitter «CGT chômeurs 56» a provoqué de vives réactions en utilisant le terme «colonialisme» pour définir les missions des soldats français au Mali, où 13 d'entre eux sont morts. Le syndicat a condamné «une initiative personnelle».

Un message posté, le 26 novembre sur Twitter, par le compte de la CGT chômeurs du Morbihan a provoqué de nombreuses réactions indignées d'internautes. «Toutes nos pensées aux familles de militaires morts pour le colonialisme au Mali», pouvait-on lire sur le tweet publié le 26 novembre. Le message faisait référence aux 13 militaires militaires français de la force Barkhane décédés au Mali à la suite d'une collision accidentelle entre deux hélicoptères dans le cadre d’une opération de combat menée contre des djihadistes.

Soldats morts au Mali : un compte Twitter de la CGT fait polémique en parlant de «colonialisme»© Capture d'écran Twitter, @CGTChomeurs56
Le tweet (supprimé) qui a mis le feu aux poudres.

Le message a été supprimé par la suite, mais le compte Twitter CGT chômeurs 56 a tenu à se justifier dans un autre tweet – qui n'a pas convaincu certains utilisateurs du réseau social : «Nous ne souhaitons bien sûr pas incriminer les soldats morts au Mali. Ils n'ont fait qu'exécuter les ordres. Mais il ne faut pour autant pas fermer les yeux sur l'objectif même de la présence militaire française sur place.»

Le président du conseil départemental du Morbihan François Goulard a exprimé «son indignation» concernant le tweet polémique : «Ces propos sont choquants, abjects et méprisables. Au péril de leur vie, les soldats français combattent le terrorisme dont les premières victimes sont les Africains. Ils sont l’honneur de notre pays», a-t-il déclaré dans un message adressé à la presse. Partant, il a souhaité «que les instances de ce syndicat, au niveau départemental comme au niveau national, condamneront ces mots inqualifiables». 

De fait, dans un communiqué, la direction départementale du syndicat a condamné «les propos tenus», affirmant qu'ils allaient «à l’encontre des engagements de la CGT pour la paix». «Ce tweet est le résultat d’une initiative personnelle qui ne saurait engager ni le Comité de chômeurs 56, ni l’union locale de Lorient, ni l’union départementale du Morbihan», a précisé l’union départementale CGT du Morbihan.

Lire aussi : 13 militaires français tués au Mali dans l'accident de deux hélicoptères

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix