Le journaliste militant Taha Bouhafs et les syndicats policiers s'écharpent sur Twitter

Le journaliste militant Taha Bouhafs et les syndicats policiers s'écharpent sur Twitter© Capture d'écran Twitter
Tract syndical de la branche Val-de-Marne d'Alliance Police, 21 novembre.

Taha Bouhafs, journaliste et militant, a publié le nom d'un policier ayant procédé à son interpellation à Alfortville. Un syndicat de police, l'estimant mis en danger, a riposté par un tract représentant un chien enragé en cage.

Le torchon brûle entre le journaliste militant Taha Bouhafs, notamment connu pour avoir filmé Alexandre Benalla en pleine action le 1er mai 2018 place de la Contrescarpe, et le syndicat de police Alliance, bientôt rejoint par ses concurrents, Unité-SGP et Synergie-Officiers.

Le 21 novembre, Taha Bouhafs a décidé de publier sur Twitter le prénom et le nom d'un fonctionnaire de police qu'il accuse de l'avoir maltraité lors de son arrestation dans le Val-de-Marne.

Suite à cette prise de position sur les réseaux sociaux, la branche Val-de-Marne (PAF Orly 94) du syndicat de police Alliance a décidé de soutenir le fonctionnaire en question par le biais d'un tract représentant un chien derrière des barreaux, accompagné du texte : «Taha Bouhafs a la rage [...] Que Taha Bouhafs sache que notre collègue n'est pas seul et qu'Alliance police nationale est à ses côtés !»

Le montage a été publié le 21 novembre sur la page Facebook Alliance Police Nationale 94 - Paf Orly, mais n'a en revanche pas été repris sur le compte Twitter du bureau national du syndicat.

Une polémique a alors éclaté entre les soutiens de Taha Bouhafs et ceux des syndicats majoritaires de la police nationale.

Les soutiens du jeune journaliste ont notamment souscrit au mot-dièse #TahaNestPasSeul, à l'image du journaliste indépendant David Dufresne, qui a commenté : «S’il est en première ligne, Taha n'est pas seul.» La Gilet jaune Priscillia Ludosky a également apporté son soutien, parmi d'autres internautes.

En face, la syndicaliste Linda Kebbab, élue d'Unité-SGP, a dénoncé une «indignation sélective».

Le partenaire social Synergie-Officiers a quant à lui souligné les «jérémiades victimaires» de Taha Bouhafs : «Soutien plein et entier aux policiers à qui le sinistre Taha Bouhafs a mis une cible dans le dos. Stratégie habituelle de jérémiades victimaires une fois son forfait commis.»

Les soutiens du journaliste militant ont également pu s'exprimer par le biais d'une cagnotte de soutien qu'il a lancée le 20 novembre, lui permettant de récolter pour l'heure 14 000 euros afin de «payer les frais de justice» et d'acheter du nouveau matériel. L'élue de la France insoumise, Clémentine Autain, a notamment expliqué les raisons de sa participation à cette initiative, le 22 novembre, dénonçant «des procès en chaîne» visant «à pénaliser son travail, ses engagements, sa liberté de critiquer».

Lire aussi : Sur Twitter, Taha Bouhafs s'écharpe avec des membres de la Licra et du Printemps républicain

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»