Mutilation d'un Gilet jaune : Nunez pris à partie par les Insoumis à l'Assemblée nationale

Mutilation d'un Gilet jaune : Nunez pris à partie par les Insoumis à l'Assemblée nationale© Philippe LOPEZ Source: AFP
Laurent Nunez répond aux insoumis qui réclament le départ du préfet Lallement, à l'Assemblée nationale le 19 novembre.

Lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, les Insoumis ont demandé le départ du préfet Didier Lallement. Une vive passe d'armes a suivi, opposant la France insoumise et les membres de la majorité.

Alors que le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nunez, répondait à une question de l'Insoumis Ugo Bernalicis à l'Assemblée nationale le 19 novembre, qui dénonçait une remise en cause du «droit de manifester» après l'interdiction de rassemblements lors de l'acte 53 des Gilets jaunes à Paris et réclamait la démission du préfet Lallement, François Ruffin s'est écrié : «Un mot, un mot de compassion !» pour le manifestant quadragénaire qui a perdu son œil place d'Italie, le 16 novembre.

Le président de l'Assemblée nationale et marcheur de la première heure, Richard Ferrand, a intimé le silence au député insoumis et l'a prévenu : «Monsieur Ruffin, je vous rappelle au règlement, et ce sera inscrit au procès-verbal.»

Après la prise de parole du bras droit de Christophe Castaner, le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a tenu un vif échange avec l'élue macroniste Michèle Peyron, les deux députés se sont invectivé en se tenant debout à quelques mètres l'un de l'autre, le doigt pointé.

Richard Ferrand les a tous deux invités à se rasseoir et à l'adresse de l'insoumis, il a précisé : «On ne peut pas passer son temps à stigmatiser la violence, et donner ce spectacle de violence verbale. Sachez vous tenir!»

Le Premier ministre Edouard Philippe est quant à lui revenu quelques minutes plus tard sur la mise en cause de Didier Lallement par Ugo Bernalicis et a déclaré à cet égard : «Mettre en cause nommément un fonctionnaire, qui exerce sa mission au service de l’État, et qui, dans cet hémicycle, ne peut pas répondre [...], me semble ne pas exactement correspondre aux exigences [...] d’une démocratie mûre.» Quelques instants plus tôt, Ugo Bernalicis avait en effet déclaré dans l'hémicycle, à propos du préfet : «C'est à dessein que vous l'avez nommé car il y a une adéquation entre votre doctrine de maintien de l'ordre et la réputation de ce préfet, entre l'éborgneur et le fou furieux», estimant que Didier Lallement avait «quitté le camp de la République» et demandant à ce qu'il soit «démis de ses fonctions».

Lire aussi : Gilets jaunes : touché par une grenade alors qu'il discutait durant l'acte 53, un homme perd son œil

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»