Accusant Macron et l'Union européenne, un étudiant en difficulté s'immole à Lyon

Accusant Macron et l'Union européenne, un étudiant en difficulté s'immole à Lyon© Capture d'écran, Google Maps
L'entrée du Crous à Lyon où s'est immolé à proximité l'étudiant (image d'illustration).

Un étudiant de 22 ans a été brûlé à 90% après s'être immolé en pleine rue à Lyon devant un restaurant universitaire. Dans sa lettre, il évoque le manque d'espoir dans l'avenir, accusant les derniers présidents et l'UE de l'avoir «tué».

Le 8 novembre, un étudiant originaire de Saint-Etienne s'est aspergé d'essence et s'est immolé en pleine rue devant un restaurant universitaire situé dans le VIIe arrondissement à Lyon. Agé de 22 ans, le jeune homme est brûlé à 90% et se trouve actuellement «entre la vie et la mort» au centre des brûlés de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon, d'après les syndicats. 

Prévenue du geste de son compagnon par un SMS, la petite amie de la victime a alerté les services de secours. 

Dans une lettre, publié sur son compte Facebook, relayé par son syndicat Solidaires étudiants, l'individu explique son geste.

Accusant Macron et l'Union européenne, un étudiant en difficulté s'immole à Lyon© Capture d'écran du compte Facebook Solidaires étudiants

Il critique dans une langue inclusive l'évolution de la société, le manque d'espérance pour les jeunes. Il accuse «Macron, Hollande, Sarkozy et l'UE de [l'] avoir tué, en créant des incertitudes sur l'avenir de tous». «J'accuse aussi Le Pen et les éditorialistes d'avoir créé des peurs plus que secondaires», ajoute-t-il. Inscrit à l'université Lyon 2, il confesse avoir eu du mal à vivre : «Faisant une troisième L2 [deuxième année en licence], je n'avais pas de bourses, et même quand j'en avais, 450 euros par mois, est-ce suffisant pour vivre ?» Malgré ces mots, une enquête a été ouverte par le procureur de la République pour déterminer les raisons de son geste.

La présidente de l'université, Nathalie Dompnier, a fait savoir à l'AFP, le 9 novembre, que l'étudiant n'avait pas fait part de ses «difficultés personnelles» alors qu'il était« très impliqué au sein des instances de l'établissement». Elle a aussi expliqué la perte de sa bourse du fait qu'il «triplait» sa deuxième année de licence.

«L’université lui exprime tout son soutien, ainsi qu'à sa famille, à ses proches et à tous ses camarades», a également écrit en écriture inclusive Nathalie Dompnier dans un communiqué.

Les syndicats étudiants SUD-éducation et Solidaires ont pour leur part dénoncé dans un communiqué commun «la précarité [de] la vie des étudiants».

Lire aussi : Le Conseil constitutionnel rappelle l'exigence de la gratuité dans l'enseignement public supérieur

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»